Quels sont les faits reprochés à Joëlle Milquet?

Quels sont les faits reprochés à Joëlle Milquet?
2 images
Quels sont les faits reprochés à Joëlle Milquet? - © Tous droits réservés

L'affaire avait été révélée en février 2014 par le magazine "Le Vif-L'Express". Joëlle Milquet est alors ministre de l'Intérieur et de l'Egalité des chances au fédéral. Le magazine s'interroge sur l'embauche au 1er novembre 2013, à  sept mois des élections, de huit nouveaux collaborateurs. Qui tous présentent le même profil, bruxellois d’origine étrangère (turque, congolaise ou marocaine), la plupart candidats cdH aux élections communales de 2012.

Ces collaborateurs auraient été utilisés pour servir la campagne de Joëlle Milquet de 2014. Ce qui est contraire à la loi électorale qui interdit de mener campagne en bénéficiant de l’appui de cabinets ou d’administrations. Ces collaborateurs auraient notamment été chargés de repérer dans les agendas culturels de la Région bruxelloise les événements susceptibles de faire l’objet de la campagne.

La ministre a toujours et jusqu'aujourd'hui nié les faits. Elle refuse de parler d'emplois fictifs. Mais la Justice avance : une instruction judiciaire est ouverte en avril 2015. Des perquisitions ont eu lieu en mai et juin 2015 au cdH et à son cabinet de la Fédaration Wallonie-Bruxelles, au cabinet de l'Intérieur et aux domiciles des personnes concernées. Des documents, téléphones et ordinateurs ont été saisis.

En février de cette année, elle avait été longuement interrogée. Interrogatoire éprouvant apparemment mais dont elle n'était pas sortie inculpée. Mais elle l'est maintenant, depuis la fin de la semaine dernière. Une inculpation pour "prise illégale d’intérêt".

Joëlle Milquet nie toujours mais a donc choisi ce matin de faire un pas de côté, remettant son mandat à son parti. Elle bénéficie toujours de la présomption d'innocence.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK