Quelle place la Belgique peut-elle ambitionner d’occuper dans la course à l’espace ?

L’Agence spatiale européenne (ESA) recrute actuellement des astronautes. Les personnes qui souhaitent présenter leur candidature peuvent le faire jusqu’au 28 mai 2021 sur le site ESA Career. Un processus de sélection en plusieurs étapes suivra et s’achèvera en octobre 2022. Même si actuellement il n’y a aucun Belge dans le pool des astronautes de l’ESA, le secrétaire d’Etat Thomas Dermine estime qu’il "faut nourrir l’ambition d’avoir un ou une astronaute belge dans les futures années". Il n’y a qu’un vol européen par an dans l’espace, alors que 22 Etats sont membres de l’ESA. Quelle place la Belgique peut-elle donc ambitionner d’occuper dans la course à l’espace ?

7 images
Archive Belga © Dirk Frimout lors du lancement de la navette Atlantis

Des Belges ont déjà été astronautes

Dirk Frimout

DirkFrimout est le premier Belge à avoir été dans l’espace : il y a effectué un vol du 24 mars au 2 avril 1992, dans le cadre de la mission Atlantis STS-45 menée par la Nasa, l’agence spatiale américaine.

7 images
Frank De Winne le 12 avril 2021 © BELGA PHOTO BENOIT DOPPAGNE

Frank De Winne

C’est pour le compte de l’ESA que Frank De Winne a participé à deux missions à bord de la station spatiale internationale (ISS), en 2002 (10 jours) et en 2009 (6 mois). Il dirige actuellement de Centre des astronautes européens de l’ESA.

7 images
Marianne Merchez en 2006 © Jacques Collet (Belga)

Marianne Merchez

Marianne Merchez est une femme médecin belge qui a intégré en 1992 le corps européen des astronautes de l’ESA. Elle n’a jamais effectué de vol dans l’espace mais elle est devenue experte en médecine aérospatiale.

Quel profil ?

Pour postuler comme astronaute auprès de l’ESA, il faut avoir un profil scientifique : trois d’expérience minimum en sciences naturelles, médecine, ingénierie, mathématique ou informatique par exemple. Les astronautes devront en effet mener des expériences dans l’espace, il vaut mieux qu’ils comprennent la finalité de celles-ci. L’ESA recherche des profils plutôt opérationnels, et des personnalités capables de mener des missions en équipe. La maîtrise de l’anglais est impérative, celle d’autres langues un atout. Il faut avoir maximum 50 ans. Et enfin, l’agence veut renforcer la diversité de genre.

Quatre à six astronautes seront recrutés par l’ESA, tandis qu’entre 10 et 20 spationautes de réserve seront également engagés.

Pourquoi peut-on affirmer que la Belgique est le plus grand des petits pays de l’espace ?

La Belgique est un des membres fondateurs de l’ESA. Et en 2021, la Belgique est le cinquième plus important contributeur au budget de l’agence, après les quatre "grands" que sont la France, l’Allemagne, l’Italie et le Royaume-Uni. Cette place lui permet de prendre part aux décisions sur les orientations à prendre à l’avenir.

Dans le domaine spatial les projets sont développés à très long terme. Par ailleurs, la rivalité qui régnait dans la conquête spatiale dans années 1970 et 1980, a progressivement fait place à une meilleure collaboration entre Etats. C’est pourquoi les Européens pourraient être associés aux projets futurs concernant la conquête de la Lune, comme par exemple le projet américain de construire une mini-station qui serait assemblée en orbite lunaire à partir de 2023.

7 images
Le microsatellite Proba © Archive Bela

Une centaine d’entreprises belges fabriquent des composants pour des fusées ou des satellites. Cela représente environ 10.000 emplois. La Belgique peut espérer des retombées économiques pour son industrie. Les missions Proba sont des microsatellites à faible coût fabriqués en Belgique et qui doivent aider à mettre au point de nouvelles technologies spatiales.

7 images
Les antennes de l’ESA à Redu © BELGA PHOTO BENOIT DOPPAGNE

Centre de cybersécurité à Redu

Le site de l’ESEC-Redu, en province de Luxembourg, sera le nouveau centre opérationnel de référence en matière de cybersécurité, chargé de la protection de toutes les activités et infrastructures de l’ESA.

7 images
A Centre spatial de Liège, à Angleur © JOHN THYS (Belga)

La recherche

La Belgique a développé une intense recherche en matière spatiale, en particulier à l’université de Liège. Le Centre spatial existe depuis plus de 50 ans. Il collabore avec l’ESA ou d’autres partenaires pour la conception de satellites.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK