Quatre militaires belges rappelés à l'ordre pour appartenance à un groupe d'extrême-droite

Depuis le début de l'année, la Sûreté de l'Etat et le service général du renseignement militaire SGRS s'intéressent de près aux sympathisants belges des "Soldats d'Odin", une milice d'extrême-droite qui s'oppose à l'afflux migratoire et entend, selon ses propres termes, "défendre les valeurs occidentales", rapportent Het Belang van Limburg et Knack mercredi. Quatre militaires en font partie.

Mais officiellement à la Défense, aucune réaction, c'est "no comment".

Les "Soldats d'Odin" ont été créés en Finlande en 2015. Odin est le principal dieu païen de la mythologie nordique, une référence régulière de l'extrême-droite païenne qui se retrouvait aussi dans un courant SS nazi, par opposition aux religions monothéistes dites "du désert".

L'organisation dispose de ramifications dans plusieurs villes du pays et de sympathisants à l'étranger, dont en Belgique depuis le mois de janvier. Ses membres, des citoyens qui patrouillent dans les rues, se considèrent comme une extension de la police.

Selon la presse flamande, au moins quatre militaires belges en font partie et ont été appelés à rendre des comptes.

Les militaires concernés peuvent rester membres de ce groupuscule mais seront surveillés de près par les services de renseignements. Ils risquent un avertissement, des sanctions disciplinaires de quelques mois voire le licenciement si leur comportement ne cadre plus avec leurs devoirs de militaires.

Marginal et non structuré

Le coordinateur du site RésistanceS, Observatoire belge de l'extrême-droite, Manuel Abramowicz, rappelle que la présence de Soldats d'Odin au sein de l'armée avait été repérée notamment avec un logo sur le net, Facebook, dès le début de cette année, mais qu'elle reste très marginale et non structurée, à la différence de la Finlande.

Selon Manuel Abramowicz, on serait dans une période de "structuration", à savoir qu'ils ne sont pas encore passés à l'action directe comme en Finlande où les Soldats d'Odin patrouillent ouvertement dans les rues.

En Flandre mais aussi aussi au sud du pays

Les services de renseignement tiennent également à l’œil deux autres formations. Il s'agit de la section anversoise des "Fils d'Odin" et des "Combattants de Thor". Si les sympathisants des Soldats d'Odin sont plutôt originaires de la région d'Anvers, certains membres de Voorpost, on en compterait aussi quelques un au sud du pays, proche du mouvement Nation.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK