Quatre enfants sauvés de la noyade à Blankenberge pendant le shopping des parents: l'appel des sauveteurs

Quatre enfants sauvés de la noyade à Blankenberge pendant le shopping des parents: l'appel des sauveteurs
Quatre enfants sauvés de la noyade à Blankenberge pendant le shopping des parents: l'appel des sauveteurs - © Tous droits réservés

Quatre enfants ont été sauvés de justesse de la noyade ce mardi à Blankenberge, entraînant un coup de gueule des sauveteurs envers les parents qui ne surveillaient pas leurs enfants, rapporte le Nieuwsblad ce mercredi.

Les enfants, tous âgés entre 10 et 11 ans, ont ignoré les avertissements des sauveteurs et ont été surpris par la force du courant. Ils ont dérivé vers les rochers autour d'un brise-lames. Sept sauveteurs ont dû intervenir pour empêcher les enfants de se noyer.

Les parents des enfants ont reçu une sérieuse réprimande des sauveteurs pour ne pas avoir veillé sur leurs enfants. Un couple était dans un club de plage et l'autre faisait du shopping.

"Les parents doivent surveiller leurs enfants lorsqu'ils vont nager, surtout en période d'affluence et lorsque la mer est dangereuse" a insisté Bjorn Prasse, responsable de l'équipe de secours à Blankenberge auprès de la VRT.

Deux sauveteurs ont été légèrement blessés dans l'intervention. "Nous n'avons pas eu une intervention de cette importance depuis près de deux ans, a expliqué Tom Cocle, de l'équipe des sauveteurs, au Nieuwsblad. Heureusement, nous étions au centre de la plage avec un nombre relativement important de sauveteurs, car ce n'est pas une mince affaire que d'effectuer autant de sauvetages en si peu de temps. Nous n'avons même pas eu le temps de déclencher le plan catastrophe". 

"Nous avons fait comprendre aux parents qu'ils avaient été très chanceux. Cela aurait pu être bien pire. Fatal même. Il faut que ça rentre, trente secondes peuvent faire la différence entre la vie et la mort. Alors, s'il vous plaît, ne laissez pas les enfants nager seuls en mer, car cela peut aller très vite", met en garde Cocle.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK