Quand le PS de Thuin tente d'influencer une question de LaLibre.be sur Paul Furlan

Le ministre wallon PS des Pouvoirs locaux Paul Furlan au Parlement de Wallonie
3 images
Le ministre wallon PS des Pouvoirs locaux Paul Furlan au Parlement de Wallonie - © THIERRY ROGE - BELGA

Son nom est partout depuis le début de la semaine. Paul Furlan, le ministre wallon PS des Pouvoirs locaux, n'en finit pas de s'expliquer sur le délicat dossier Publifin suite à la démission de Claude Parmentier, son ex-chef de cabinet adjoint, qui occupait des fonctions importantes au sein de l'intercommunale liégeoise. Epinglé par les partis de l'opposition, Paul Furlan a dû s'expliquer au Parlement de Wallonie.

Ce jeudi, LaLibre.be interrogeait ses internautes via sa "question du jour": "Paul Furlan doit-il démissionner ?". Le résultat est sans appel: plus de 90% de "oui". De quoi faire certainement grincer des dents dans le clan de Paul Furlan. Cela a-t-il poussé les proches du ministre à se mobiliser ?

A remplir "de toute urgence"

Toujours est-il qu'à 18h09, Charlyne Moretti, secrétaire fédérale du PS de Thuin et présidente du Conseil provincial de Hainaut, et Philippe Tison, président fédéral PS de Thuin, ont envoyé un message à leurs contacts. Les deux membres du PS leur demandent de soutenir "notre ami Paul Furlan" et pour ce faire, "de toute urgence remplir l'enquête (vote rapide: "Paul Furlan doit-il démissionner ? NON) en fin de page sur le site de LALIBRE". Charlyne Moretti et Philippe Tison ajoutent qu'il s'agit d' "un petit clic pour un grand homme!". Ils terminent leur message en précisant qu'il est possible de "voter autant de fois que l'on veut !!!!

Contactée par téléphone, Charlyne Moretti n'a pas répondu à notre demande d'interview.

De son côté, le rédacteur en chef de LaLibre.be, Dorian de Meeûs, explique qu'il est normal que des groupes de pression s'organisent autour de ce genre de question. L'idée étant bien évidemment d'influencer le résultat. Mais, ajoute-t-il, "ce qui est frappant ici, c'est que ces deux membres du PS présentent la question du jour comme une élection, en donnant en plus le moyen de tricher".

Il y a eu un effet totalement inverse

Alors, cette mobilisation a-t-elle influencé le résultat de la question? "Oui", répond Dorian de Meeûs. "Quand nous avons lancé la question, 90% des internautes répondaient en faveur de la démission de Paul Furlan. Ensuite, peut après l'appel à la mobilisation, il y a eu une inversion de tendance: 20 à 30% des internautes ne voulaient pas la démission de Paul Furlan. Puis, une fois que ce message de soutien a été rendu public sur les réseaux sociaux, il y a eu un effet totalement inverse et les internautes ont été encore plus nombreux à réclamer la démission de Paul Furlan". 

Ce n'est évidemment pas la première fois que des groupes de pression, politiques ou autres, se mobilisent pour tenter d'influencer ce genre de coup de sonde. Mais pour que l'effet escompté soit bien là, faut-il encore que la supercherie reste secrète... ce qui ne fut pas le cas ici.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK