Quand le nouveau ministre-président de la Fédération Wallonie-Bruxelles voulait la… disparition de la Fédération Wallonie-Bruxelles

Pierre-Yves Jeholet prêtant serment comme député de la Fédération Wallonie Bruxelles le 18 juin 2019
Pierre-Yves Jeholet prêtant serment comme député de la Fédération Wallonie Bruxelles le 18 juin 2019 - © LAURIE DIEFFEMBACQ - BELGA

Il faut bien l’admettre : on ne l’avait pas vu venir. Le MR a été le dernier parti – après Ecolo et son AG à rallonge (6 heures) - à officialiser le nom des nouveaux et nouvelles ministres, en Wallonie comme en Fédération Wallonie-Bruxelles. Visiblement, et selon ce qu’on peut entendre, la situation a pas mal évolué tout au long de la soirée avec des noms attendus qui n’y étaient pas (Valentine Delwart), avec des relations interpersonnelles qui se seraient dégradées ces derniers jours, avec les préférences personnelles (Willy Borsus irait-il au parti ?), etc.

Le ministre-président sortant ayant préféré rester à l’échelon wallon, il y avait un homme en trop dans le casting libéral au sud du pays. Qui de Pierre-Yves Jeholet ou de Jean-Luc Crucke allait devoir quitter Namur pour Bruxelles ? On ignore comment le choix s’est fait entre ces deux proches de Didier Reynders, mais c’est bien le Liégeois qui ira prendre ses quartiers place Surlet-de-Chokier, siège du gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles. Mais on devine aisément, pour l’un comme pour l’autre, que rallier ce que la Constitution considère toujours "Communauté française de Belgique" ne pouvait se faire de gaîté de cœur.

Il y a 4 ans, quasiment jour pour jour, les deux hommes signaient une carte blanche au propos clair : il faut supprimer la Fédération Wallonie-Bruxelles. "Le cadre fédératif doit intégrer pleinement la primauté du fait régional et mettre en avant l’intérêt réciproque à travailler ensemble dans un système qui désormais doit s’articuler autour de quatre Régions à part entière : la Région flamande, wallonne, de Bruxelles-Capitale et la Région germanophone."

S’exprimant au micro de la RTBF, Pierre-Yves Jeholet allait un pas plus loin : "On voit par rapport aux problématiques qu’on a des sensibilités totalement différentes entre Bruxellois et Wallons."

4 ans plus tard, la tâche de Pierre-Yves Jeholet, jusqu’en 2024, sera d’assurer que Wallons et Bruxellois s’entendent au sein de la Fédération Wallonie-Bruxelles…

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK