Quand l'Allemagne espionne Belgacom pour le compte de la NSA

La première interrogation concerne les cibles de cet espionnage américain: "Aux Pays-Bas par exemple, KPN a aussi été victime d’écoutes et une enquête va être menée pour savoir qui a loué l’espace sur les réseaux." commente Stefaan Van Hecke.

La deuxième question porte sur les raisons qui ont poussé l'Allemagne à collaborer avec les Etats-Unis. Et là encore, la situation reste floue: "Quand on voit la réaction d’Angela Merkel il y a quelques années lorsqu’elle a, elle-même, été victime des écoutes de la NSA, il est pour moi incompréhensible que les Allemands aient travaillé pour la NSA et à sa demande."

Par ailleurs, la NSA collabore avec plusieurs services européens concernant par exemple les menaces dites terroristes. Enfin, quelles sont les villes cibles? 15 lignes partant de Bruxelles ont été suivies. Elles mènent à Moscou ou Amsterdam mais aussi vers des villes inconnues comme Chiba au Japon. "Ce sont des câbles qui vont d’une ville à une autre. Il ne faut donc peut-être pas regarder où mène la fin de la ligne. Des informations intéressantes peuvent circuler sur la ligne."

Damien Roulette

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK