Quand "De ideale wereld" compare la crise politique à un repas de Noël

Quand "De ideale wereld" compare la crise politique à un repas de Noël
Quand "De ideale wereld" compare la crise politique à un repas de Noël - © Tous droits réservés

"La crise politique, à qui la faute ?", demande Luc Haekens, journaliste de l'émission flamande De ideale wereld dans un court reportage. L'objectif annoncé est de savoir ce pensent les flamands de la crise. Alors, à qui la faute ? "Pas de la N-VA", répondent les premiers interviewés. "Le CD&V et l'Open Vld ont joué un jeu dégueulasse", lancent les suivants. 

"J'ai trois oncles : oncle Charel, oncle Theofiel et oncle Wouter"

Histoire de remettre les choses en perspective, le journaliste se lance alors dans une comparaison... avec un repas de famille. "Voici une photo de ma famille, explique le Luc Haekens. J'ai trois oncles: oncle Charel, oncle Theofiel et oncle Wouter" dont la ressemblance avec Charles Michel, Theo Francken et Wouter Beke ne fait aucun doute. "Oncle Wouter est avec tante Gwendy (comme Gwendollyn Rutten), mais cela ne change rien pour l'instant", se permet même le journaliste sans pour autant éveiller les soupçons des gens qu'il interviewe.

"Chaque année, on fait un repas de Noël. Et cette année, on l'avait dit depuis des mois, on mangera une dinde ! Tout le monde était d'accord. Mais il y a une grosse semaine, oncle Theofiel a dit : "je ne mangerai pas de dinde.". Mais alors, qu'a dit oncle Charel ? "Tu avais pourtant dit que c'était bon !". "Non, a répondu oncle Theofiel qui est un peu têtu. Et si c'est de la dinde, je ne viendrai pas." Alors, oncle Charel a répondu quoi ? "Reste à la maison alors !" Voilà, c'est aussi simple que ça", confirment en cœur les personnes interviewées.

Ce volte-face sur le choix de repas de Noël est relié ici au volte-face de la N-VA sur le pacte pour des migrations sûres, contrôlées et ordonnées que le parti nationaliste avait pourtant validé.

"Si oncle Theofiel ne vient pas, je vais alors proposer à tante Opposiet"

Et le jeu de rôle ne s'arrête pas là, voilà que Luc Haekens complique encore son histoire. "Alors, il s'est dit quoi oncle Charel ? Et bien, si oncle Theofiel ne vient pas, je vais alors inviter tante Opposiet (comme "oppositie", opposition en néerlandais) ! Mais qu'a répondu tante Opposiet ? "Eh ben moi, je veux manger végétarien !" C'est alors qu'oncle Wouter et tante Gwendy, qu'on n'entend jamais d'habitude, ont réagi. "Quoi ? Un repas végétarien ? Hors de question !" Et ils étaient fâchés."

Une fois la situation exposée, le journaliste demande alors ce que les interviewés en pensent. "Pourquoi va-t-on manger végétarien si on a déjà de la dinde ?", dit la première. "Il faut mettre de l'eau dans son vin", réagit un autre. "Oncle Wouter et tante Gwendy, ce sont eux maintenant les dindons de la farce", développe un troisième.

"Alors, qui est responsable maintenant ?"

L'histoire du repas de famille terminée, ou presque, le journaliste repose alors sa question : à qui la faute ? "Theofiel, bien sûr !", répond la première, "à celui qui a dit qu'il ne venait pas", répond un autre homme. Le journaliste conclut donc sa démonstration : "les Flamands en sont donc tous convaincus, c'est de la faute de la N-VA", déclame-t-il sous l’œil hébété des gens à côté de lui.

Le reportage de trois minutes à voir via ce lien.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK