Qualité de l'air : sommes-nous trompés par les autorités ?

Qualité de l'air : sommes nous trompés par les autorités ?
Qualité de l'air : sommes nous trompés par les autorités ? - © JOE KLAMAR - AFP

L’association de défense de l’environnement Greenpeace accuse les autorités de sous-estimer le problème de la pollution de l’air. Greenpeace a adressé une mise en demeure aux deux ministres responsables de l’Environnement, le wallon Carlo Di Antonio (cdH) et la flamande JokTite Schauvliege (CD&V). La lettre promet aux deux gouvernements d’être traînés devant un juge en cas de " réponse non satisfaisante ".

Ce qu’explique Greenpeace, c’est que les mesures effectuées par les autorités ne prendraient pas en compte la réalité de la pollution de l’air. C’est surtout le dioxyde d’azote rejeté par les voitures et les camions qui est visé. Pour Greenpeace, les stations de contrôle ne seraient pas dispersées en nombre suffisant. Elles ne seraient pas non plus placées aux bons endroits. Au final, la qualité de l’air serait moins bonne qu’annoncée. Pourtant, les mesures prises pour lutter contre la pollution ne seraient pas suffisantes.

Du coup, "Débats Première" se pose la question : sommes-nous trompés sur la qualité de l’air que nous respirons ? Notre santé est-elle en danger ? Quelles mesures faut-il envisager ?

Donnez-nous vos solutions

On attend vos réactions :

  • Par téléphone : au 02/737.37.07
  • Sur Facebook 
  • Sur Twitter avec le #Débats1
Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

Recevoir