Qu’attendre de la commission spéciale COVID-19 du Parlement fédéral ?

Au Parlement de Wallonie, comme au Parlement flamand, c’est en cours. Le Parlement bruxellois a établi son calendrier. Et le fédéral ? Après un faux départ en août et une première réunion début septembre, le réel top départ de la "Commission spéciale chargée d’examiner la gestion de l’épidémie de COVID-19 par la Belgique" a lieu ce vendredi. Que faut-il réellement attendre de cette Commission spéciale ?

Elle sera longue. Alors que les premières auditions d’experts extérieurs débutent ce vendredi 19 septembre, le calendrier (encore provisoire) de la Commission spéciale nous emmène jusqu’en mai 2021. Cinq grandes thématiques, cinq " clusters thématiques ", sont au programme. Ils ont été déterminés sur la base de l’analyse des trois experts nommés par la Commission : Leila Belkhir (Saint-Luc) et Yves Coppieters (ULB) côté francophone, Floor Lams côté flamand.

Voici les cinq "clusters thématiques" :

  • "Harmonisation à l’international et communication " du 18 au 25 septembre
  • "Préparation de la Belgique à une possible crise sanitaire à large échelle" du 28 septembre au 20 novembre
  • "Coordination intrabelge de l’approche, de la gestion de la crise et de la communication" du 23 novembre au 18 décembre et du 4 au 15 janvier
  • "Fonctionnement, encadrement et financement du secteur des soins et du personnel soignant avant et pendant la pandémie" du 18 janvier au 26 mars
  • "Achat, production et distribution du matériel de protection et de test, des médicaments et organisation du tracing" du 15 mars au 7 mai

Ce calendrier a fait l’objet de vifs débats et il peut être amené à changer.

Les clusters thématiques 2 et 3 permettront d’interpeller le gouvernement fédéral et plus particulièrement la ministre de la Santé Maggie De Block (Open Vld), mais également la Première ministre Sophie Wilmès (MR) quant à l’impréparation de notre pays et aux messages rassurants qu’a matraqués la libérale flamande pendant de longues semaines. La gestion de crise entre fédéral et entités fédérées risque également d’être un sujet de débats compliqués, tout comme la gestion des personnels soignants et toutes les problématiques concernant le matériel, les tests et le tracing.

Il y a de quoi donc se chamailler pendant de longues heures, comme l’a montré la première réunion de ce mois de septembre. L’objectif de la Commission est la rédaction d’un rapport qui doit permettre à la Belgique de pouvoir se dire "plus jamais ça".

Les députés à suivre :

La commission est présidée par l’Open VLD Robby De Caluwé. Côté francophone, à la vice-présidence, on retrouve l’Ecolo Laurence Hennuy, la suppléante de Jean-Marc Nollet. Cette Fleurusienne, économiste de formation, a travaillé au sein du cabinet de Philippe Henry entre 2009 et 2014, ainsi qu’à l’école d’administration publique Wallonie-Bruxelles. Elle fait son baptême du feu politique avec cette commission COVID-19. Le PS Patrick Prévot devrait s’illustrer. Lors de la Commission Nethys, au Parlement wallon, il s’était montré particulièrement offensif, même envers celui avec lequel il partageait une même affiliation politique : Stéphane Moreau. Au MR, l’ancien journaliste Michel De Maegd aura l’occasion de se faire remarquer, comme lors d’une passe d’armes, début septembre, avec la représentante du PTB, la docteur Sofie Merckx, jamais avare de critiques. Autre toubib membre de la commission, mais sans voix délibérative : la cdH Catherine Fonck particulièrement en pointe sur ce dossier. Défi sera représenté par Sophie Rohonyi.

Les dates à retenir :

Entre octobre et fin novembre, Sophie Wilmès et Maggie De Block seront entendues. C’est surtout cette dernière qui risque d’être fortement mise sur le gril sur le manque de préparation de la Belgique face au risque de pandémie. Début 2021 verra le lourd dossier de l’encadrement du secteur des soins, avant et pendant la crise. Au printemps prochain, une analyste des problématiques concernant les tests, le tracing risquent également de provoquer son lot de polémiques.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK