Puigdemont à Bruxelles? Ecolo-Groen et le PS demandent au Premier ministre de s'expliquer

Le président catalan destitué Carles Puigdemont et ses conseillers se trouvent temporairement à Bruxelles, affirment plusieurs sources, dont une source gouvernementale espagnole citée par l'AFP.
Le président catalan destitué Carles Puigdemont et ses conseillers se trouvent temporairement à Bruxelles, affirment plusieurs sources, dont une source gouvernementale espagnole citée par l'AFP. - © LLUIS GENE - AFP

Le groupe Ecolo-Groen à la Chambre des représentants a demandé au président de l'assemblée Siegfried Bracke (N-VA) de convoquer le Premier ministre Charles Michel afin qu'il s'explique, cette semaine, sur la position de son gouvernement dans la crise en Catalogne, a indiqué lundi le chef de groupe, Jean-Marc Nollet, à l'agence Belga. L'attitude "d'une composante de son gouvernement" expose le pays à de graves conséquences internationales, souligne-t-il. Elio Di Rupo (PS) et Catherine Fonck (cdH) ont également réagi sur Twitter.

Le président catalan destitué Carles Puigdemont et ses conseillers se trouvent temporairement à Bruxelles, affirment plusieurs sources, dont une source gouvernementale espagnole citée par l'AFP. D'après la chaîne espagnole La Sexta et le quotidien El Periodico, ils comptent demander l'asile politique en Belgique alors que le secrétaire d'Etat à l'Asile et à la Migration, Theo Francken (N-VA), avait évoqué cette possibilité ce week-end.

Jean-Marc Nollet considère que Charles Michel (MR) avait adopté "une attitude utile" depuis de le début de la crise en Catalogne, en appelant au dialogue, mais que les récents événements "décrédibilisent la position de la Belgique". "Ce n'est pas un conflit évident, il faut de la modération, mais une composante de son gouvernement a décidé de provoquer le Premier ministre alors qu'il a appelé à ne pas jeter de l'huile sur le feu", ajoute-t-il.

Le groupe Ecolo-Groen demande donc au Premier ministre de s'expliquer cette semaine à la Chambre sur la position officielle de la Belgique et les déclarations des membres de son gouvernement.

Il en va de la crédibilité internationale de la Belgique

"Il est urgent que Charles Michel fournisse des explications sur la probable visite de la délégation Puigdemont à Bruxelles", a de son côté twitté le président du PS, Elio Di Rupo qui a ajouté qu'il en allait "de la crédibilité internationale de la Belgique".

La cheffe de groupe s.pa, Meryame Kitir, réclame par ailleurs des explications au ministre des Affaires étrangères Didier Reynders (MR) - qui effectue durant une bonne partie de la semaine une visite de travail aux Etats-Unis. Les socialistes flamands souhaitent également savoir si Carles Puigdemont est en contact avec Theo Francken.

"Puidgemont serait à Bruxelles pour papoter avec des politiques flamands. On va encore nous raconter que le Premier Ministre a recadré ses ministres N-VA?", a réagi Catherine Fonck, la cheffe de groupe du cdH à la Chambre. "Francken savait donc que Puigdemont allait demander l'asile. Et Charles Michel accepte de jouer dans la pièce de la N-VA? #gravissime. Le 1er Ministre doit mettre un halte-là. Ça suffit cette complicité avec les politiques indépendantistes catalans! #RespectDeLEtatDeDroit".

"Charles Michel et Didier Reynders ont-ils encore quelque chose à dire en politique européenne? Ont-ils abdiqué devant la N-VA?", demande Défi dans un communiqué de presse.

Son président de DéFI, Olivier Maingain, considère que Charles Michel "doit mettre fin de toute urgence aux initiatives intempestives prises par le secrétaire d’Etat N-VA Francken et reprendre en mains la conduite de la politique européenne de la Belgique et de ses relations avec l’Espagne".

"Pour favoriser une sortie de crise en Catalogne, la Belgique doit se concerter avec les autres Etats membres de l’Union européenne plutôt que de faire cavalier seul sous la pression de la N-VA, continue le communiqué. Le parti pris sans nuances de la N-VA en faveur des indépendantistes catalans affaiblit la position de la Belgique et le rôle européen de Bruxelles".

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK