Publifin: les demandes d'infos d'Ecolo restées lettre morte

Marc Hody
Marc Hody - © Tous droits réservés

"Je constate que Dominique Drion a participé comme les autres partis, y compris Ecolo qui dispose d’un administrateur Publifin. Tous ces gens ont pris part aux décisions qui ont permis à ce système de se mettre en place." C'est ce que déclarait sur les ondes de La Première, mardi matin, le chef de groupe cdH au parlement de Wallonie, Dimitri Fourny. Ecolo n'est pas plus "blanc" que les trois partis traditionnels (PS, cdH et MR) dans cette affaire Publifin, c'était l'un des messages de Fourny. Il y a effectivement un administrateur Ecolo au sein du Conseil d'administration de Publifin depuis le 17 septembre 2013 : c'est le conseiller provincial Marc Hody. Qui a manqué de renverser son café hier matin : "en écoutant la radio, j'ai eu une saine colère." L'Ecolo confirme qu'il a voté la création de ces comités qui font aujourd'hui polémique, "mais jamais nous n'avions pu imaginer la hauteur des rémunérations des comités" nous explique-t-il. 

Opacité

Selon Marc Hody, l'opacité règne dans le conseil d’administration du Publifin : impossible de recevoir des informations claires et détaillées sur les activités du holding, des documents qui ne sont pas envoyés aux administrateurs. Selon l'Ecolo, des avocats de l'entreprise ont insisté sur le devoir de discrétion des administrateurs. 

Face à ces blocages, Ecolo a décidé de passer par un cabinet d'avocats pour demander, officiellement, à André Gilles, le président du CA de Tecteo, des détails sur le rachat par Tecteo du groupe "Vers L'Avenir", par un courrier* daté du 17 décembre 2013 : "ils [les administrateurs Ecolo Catherie Maas, Marc Hody et Jean-Marie Gillon] ont tenté d'obtenir préalablement et par écrit toutes les informations relatives à ces décisions, en vue de les évoquer en Conseil d'administration, cette question intéressant en effet l'ensemble des membres du conseil d'administration qui doivent donc revenir les mêmes informations. Il n'a cependant pas été déféré à cette demande, qui relève pourtant de leur mission d'administrateurs, de leur responsabilité et du droit investigation qui en est le corollaire."

Deux mois plus tard, sans nouvelles de Tecteo, le même cabinet d'avocats relance à nouveau André Gilles : "Nos clients rappellent qu'en l'état actuel des choses, ils ne peuvent toujours pas remplir correctement leur mission d'administrateur". Alors que Tecteo avait comme projet d'investir dans Electrawinds (ce qui sera finalement le cas, pour 50 millions d'euros), qu'une ouverture du capital de VOO était dans l'air et que des négociations avec IPM étaient en cours. 

Pour Marc Hody, le Conseil d'administration de Tecteo (devenu Publifin) n'était même pas une "chambre d'entérinement des décisions stratégiques", car les décisions étaient prises ailleurs. L'échange et la transmission d'informations n'ont jamais été une priorité pour le CA. C'est ce qu'Ecolo dénonce aujourd'hui.

*Nous vous proposons, ci-dessous, les deux courriers in extenso.

Newsletter info

Recevez chaque jour toutes les infos du moment

Recevoir