PS, Ecolo et PTB participent à la manifestation: "Un autre avenir est possible"

Le PS est mobilisé pour défendre des alternatives plus justes

Le Parti socialiste est présent à la manifestation pour "défendre des alternatives plus justes à la politique de droite de Charles Michel et Bart De Wever", chefs de file du gouvernement fédéral, affirme le président du PS, Elio Di Rupo, sur son compte Facebook.

"Il est évident que le PS, en tant que plus grand parti de l'opposition fédérale, est présent à cette manifestation nationale contre la politique anti-sociale du Gouvernement MR N-VA. Le rôle des socialistes est justement de défendre les travailleurs. Ce sont eux qui font tourner notre économie. Ils méritent plus de respect" de la part du gouvernement MR/N-VA qui "reste sourd" à leurs demandes, selon Elio Di Rupo.

Aux yeux du président du PS, la loi sur l'emploi du ministre Kris Peeters en est un nouvel exemple. Elle montre comment le gouvernement Michel instaure "une ultra-flexibilisation du travail au seul profit des employeurs, au détriment des droits les plus fondamentaux des travailleurs".

"Mais je participe également à la manifestation pour montrer et convaincre les citoyens que des solutions plus justes sont possibles. Il est possible d'offrir aux travailleurs et leurs familles un meilleur équilibre entre le temps de travail et la vie privée; de demander un effort plus grand aux plus riches de notre société, notamment via un impôt sur la fortune; de financer les pensions et permettre aux gens qui ont durement travaillé de prendre leur pension à 65 ans; d'avoir un dialogue social constructif qui fait avancer le pays, contrairement à la politique de destruction du Gouvernement MR/N-VA", dit encore Elio Di Rupo.

"Toute la gauche est unie contre ce projet"

"Nous sommes sur la même longueur d'onde que les syndicats", a affirmé mardi Laurette Onkelinx, la chef de file du PS bruxellois, en tête du groupement de militants PS qui participent à la manifestation nationale. "La loi Peeters est un retour en arrière incroyable."

"Ce sont nous qui avons obtenu les 38h/semaine. La loi Peeters casse la qualité de l'emploi et la concertation sociale. Elle va contre les travailleurs", déplore Laurette Onkelinx, accompagnée de nombreux militants. "Toute la gauche est unie contre ce projet".

Au-delà de la manifestation de ce mardi, "nous mèneront aussi des actions parlementaires", prévient-elle.

 

Ecolo : "Un autre demain est possible"

"Le gouvernement Michel est un gouvernement d'exclusion. Son action est dévastatrice pour un grand nombre de citoyens, et particulièrement pour les plus fragiles. Nous avons besoin de perspectives positives, de projets, d'ambitions pour l'avenir. La posture fataliste 'There is no alternative' ne peut plus durer, un autre demain est possible, si l'on s'en donne les moyens et si l'on se met en projet, au-delà des clivages communautaires ou partisans", explique le co-président des Verts, Patrick Dupriez.

Pour Ecolo, sous le gouvernement Michel, chaque jour amène son lot de décisions emblématiques de cette logique d'exclusion: les économies aveugles dans la sécurité sociale se multiplient; chaque bénéficiaire de la solidarité devient un suspect; les bénéficiaires du Revenu d'Intégration Sociale risquent de le perdre s'ils ne remplissent pas le 'contrat' qu'ils devront signer alors qu'il s'agit d'un droit fondamental; 30 000 personnes ont été exclues du chômage l'an dernier; la ministre de la Santé, plutôt que de s'attaquer aux causes des maladies, veut réintégrer à tout prix les malades de longue durée; l'annualisation du temps de travail prévue par la 'loi Peeters' mettra encore plus de pression sur les travailleurs et sur leur famille, ...

Aux yeux du député fédéral Georges Gilkinet, "les problèmes d'aujourd'hui et de demain ne pourront pas se résoudre avec les solutions d'hier, qui ne fonctionnent manifestement pas". En matière d'emploi par exemple, les écologistes plaident pour un investissement dans les métiers du futur, une amélioration des conditions de travail et une plus juste répartition du travail pour permettre à davantage de personnes d'avoir accès à l'emploi.

 

 

PTB: "Nous écrivons l'histoire sociale de notre pays"

Pour le PTB, il est logique de participer à la manifestation: "Ici dans la rue, nous menons le combat difficile, nous sommes là avec les travailleurs qui font grève, qui manifestent, parce que c'est ici que nous écrivons l'histoire sociale de notre pays. Nous devons reprendre confiance en nous, les travailleurs, qu'on va faire reculer ce gouvernement de droite. Quand on voit le succès de cette manifestation, cela nous inspire tous pour établir ce rapport de force" déclare Raoul Hedebouw, le porte-parole national du PTB.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK