Proximus: rencontre entre Charles Michel et les syndicats

Charles Michel
2 images
Charles Michel - © BENOIT DOPPAGNE - BELGA

Charles Michel rencontre les syndicats de Proximus ce lundi midi. Après avoir rencontré la CEO de l'entreprise, Dominique Leroy, la semaine dernière, Charles Michel annonce clairement vouloir écouter les travailleurs et a un objectif: réduire les pertes d'emploi. Pour rappel, Proximus a annoncé la suppression de 1900 postes et l'engagement de 1250 autres profils.

Du côté syndical, la CGSP déclare ne pas vouloir faire de la figuration. Les syndicats ne voient pas cette réunion comme symbolique. Ils souhaitent clairement avoir la garantie qu'il n'y ait aucun licenciement sec. "Nous espérons que ce ne sera pas une réunion de courtoisie. On attend de voir si on peut compter sur le gouvernement" déclare Laurent Malengreau, secrétaire fédéral de la CGSP Télécom, à l'entrée de la réunion.

A la sortie, les syndicats ne semblent pas tout à fait rassurés mais disent pouvoir espérer le soutien de Charles Michel. "Le Premier nous a confirmé son soutien pour tenter de trouver des solutions sociales et nous a confirmé son opposition aux licenciements secs. Enfin, en tant qu'actionnaire, entre des dividendes importants et l'emploi, le gouvernement a dit qu'il choisirait l'emploi. Maintenant, il faut que cela se traduise dans des actes dans les semaines à venir" confie Stéphane Daussaint de la CSC Transcom. La balle est maintenant dans le camp de l'entreprise "pour mener une concertation sociale digne de ce nom" précise ce représentant syndical.

Le timing de cette rencontre n'est pas choisi au hasard puisque les négociations entre patrons et syndicats débutent ce mardi. Une réunion que les syndicats comptent boycotter pour cause de grève. En effet, le front commun (CSC, CGSP et SLFP) appelle à la grève générale ce mardi. Les clients de l'opérateur seront impactés: les installateurs devraient se croiser les bras, les call-centers ne répondront quasiment pas aux appels et de nombreuses boutiques Proximus pourraient être fermées.

 

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK