"Protéger, reconstruire, vivre mieux": les promesses de Di Rupo et les moyens pour les financer

Le PS a lancé sa campagne en vue des élections de mai prochain lors d'un congrès tenu ce dimanche matin. Le slogan qui circulait ? "Protéger, reconstruire, vivre mieux".

"Avec le PS, si nous accédons dans les futurs gouvernements, les consultations chez le médecin généraliste et chez le dentiste seront gratuites. Les enfants auront un repas chaud gratuit. La pension pour les carrières complètes sera au minimum de 1500 euros par mois" a annoncé pour sa part le président du PS, Elio Di Rupo, entre quelques mesures "éco-socialistes" destinées à répondre aux demandes formulées lors des différentes marches pour le climat.

"Le succès nous attend"

"À la table des différents gouvernements, aucun autre parti que le PS ne fera résonner la voix des travailleurs, la voix des pensionnés, la voix des jeunes, la voix des malades, la voix des sans voix", ajoute, plein d'entrain, Elio Di Rupo. 

"Aucun autre parti que le PS n'arrivera à contrecarrer les forces de l'argent", continue-t-il. 

Et à savoir comment il compte financer les mesures, Elio Di Rupo ne déroge pas à la tradition socialiste: il faut une plus grande justice sociale et fiscale.

"Un petit noyau de personnes d'est enrichi de manière inouïe et jamais connu. De l'argent, il y en a. Il faut le récupérer sur les grandes fortunes, il faut que les plus-values soient taxées. Il faut lutter contre la fraude fiscale. Il faut que les entreprises et les grandes entreprises paient un impôt juste. Si nous ne calculons rien que ces mesures, j'en suis déjà à plus de 10 milliards d'euros de rentrées. Je sais que tout ne sera pas possible, mais si on faisait déjà la moitié, nous serions très avancés", répond l'ancien Premier ministre.

"Entraînons avec nous toutes les personnes qui rêvent d'un monde meilleur. Offrons à nos citoyens ce que nous avons de meilleur. Allons-y camarade, le succès nous attend", conclu Elio Di Rupo.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK