Prolonger nos centrales de 20 ans, est-ce bien raisonnable ?

Nos centrales sont décrites comme vieillissantes. En principe la sortie du nucléaire est prévue en Belgique entre 2022 et 2025. Alors la proposition du nouveau patron d’Electrabel de prolonger la vie de trois centrales durant 20 ans en toute sécurité, est-ce bien raisonnable?

C’est ce que pense, Johnny Thijs, ancien patron de Bpost, devenu le nouvel homme fort d’Electrabel. Mais pour cela il faudra, dit-il, investir 1,3 milliard d’euros. La somme nécessaire pour mettre à niveau les anciennes centrales dont les normes de sécurité seront dépassées.

Pour le patron d'Electrabel, la fin du nucléaire aurait aussi un impact sur la sécurité de l’approvisionnement, sur les émissions de CO2, et sur les prix de l’électricité. Son argumentation est soutenue par le professeur spécialisé en énergie Damien Ernst pour lequel investir 1,3 milliard d’euros pour générer 3 gigawatts de nucléaire est un investissement "tout à fait rentable. Gardons à l’esprit que, les investissements dans les éoliennes ou dans des installations photovoltaïques sont subsidiées par l’Etat et donc par des taxes supplémentaires au consommateur, ici le montant envisagé est complètement à charge d’Engie-électrabel. Cela ne pose aucun problème à ce niveau-là."

Sur les 7 réacteurs belges, 4 ne pourraient plus être prolongés, deux à cause de problèmes de microfissures et deux autres qui ne respectent pas les normes antisismiques. Les trois réacteurs dont l’activité pourrait être prolongée sont Tihange 1 et 3 et Doel 4 selon Damien Ernst.

C’est le politique qui tranchera

Mais pour en arriver là, la décision devra être tranchée par le politique et il faudra attendre la formation d’un nouveau gouvernement fédéral. Ensuite Johnny Thijs devra convaincre. Il a été engagé " pour porter un regard neuf sur la stratégie d’Engie en Belgique et renforcer le dialogue avec les autorités politiques ". Pour lui, le travail ne fait que commencer, et les levées de boucliers devraient être nombreuses.

La prolongation éventuelle des réacteurs sera évidemment un des chapitres de la négociation au fédéral. Une négociation que rejoint Laurette Onkelinx qui se dit déjà optimiste sur des négociations avec la N-VA. Pour sa part, Ecolo insiste pour que le programme de démantèlement des centrales soit respecté

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK