Prolonger la centrale nucléaire de Tihange 1, une "faute politique grave"

Illustration - Un risque "inacceptable" aux citoyens, selon les associations
Illustration - Un risque "inacceptable" aux citoyens, selon les associations - © BRUNO FAHY - Belga

La décision prise par le gouvernement fédéral de prolonger la durée de vie de la centrale nucléaire Tihange 1 jusqu'en 2025 est une "faute politique grave", jugent vendredi les associations les Amis de la Terre, l'APERE, Nature & Progrès et le Grappe.

La question de la sécurité est remise en cause par les quatre associations. "Tihange 1 est la plus vieille unité nucléaire de Belgique. Elle a été conçue et construite selon des critères et des règles de sécurité datant des années '60 et reconnues comme obsolètes depuis l'accident majeur de Three Miles Island en 1979, aux États-Unis", estiment-elles dans un communiqué.

Même si l'on procède à des améliorations techniques sur ce site nucléaire, le niveau de sûreté de Tihange 1 restera inférieur à celui des unités plus récentes, faisant encourir un risque "inacceptable" aux citoyens, selon les associations, qui dressent un parallèle avec la catastrophe de Fukushima et rappellent que tous ses réacteurs détruits avaient été mis en service dans les années '70 et sont d'une conception "obsolète".

Elles pointent également du doigt la politique énergétique belge, estimant que la prolongation de Tihange 1 est un coup de frein à la mutation du parc de production d'électricité. "L'avenir est à une production décentralisée basée sur les ressources renouvelables (éolien, photovoltaïque, hydroélectrique, cogénération à partir de la biomasse, géothermique), à une forte amélioration de l'efficacité énergétique dans tous les domaines. C'est de coups d'accélérateur dont on a besoin", concluent-elles.

 

Belga

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK