Professeur de la VUB condamné à mort en Iran: le parlement wallon proteste à son tour

Dr Ahmadreza Djalali a été arrêté en Iran en avril 2016 et accusé d'espionnage pour le compte d'Israël.
Dr Ahmadreza Djalali a été arrêté en Iran en avril 2016 et accusé d'espionnage pour le compte d'Israël. - © DIRK WAEM - BELGA

Après le parlement flamand et le Sénat, le parlement de Wallonie a approuvé ce mercredi, en urgence et à l'unanimité, une résolution protestant contre la condamnation à mort par l'Iran du Dr Ahmadreza Djalali, professeur invité à la Vrije Universiteit Brussel (VUB). La Chambre, le parlement bruxellois et celui de la Communauté française examinent aussi des textes similaires ou s'apprêtent à le faire.

Dr Ahmadreza Djalali a habité, avec sa famille, en Suède, mais a également enseigné en Italie et en Belgique. Ce spécialiste de la médecine d'urgence a été arrêté en Iran en avril 2016 et accusé d'espionnage pour le compte d'Israël. Il a été condamné le mois dernier par un tribunal de Téhéran à la peine capitale.

Les députés wallons observent que la condamnation du Dr Djalali fait écho au cas de Hamid Babaei, un étudiant iranien de l'Université de Liège (ULg) condamné en 2013 à six ans d'emprisonnement pour "atteinte à la sécurité nationale par la communication avec des États hostiles" après qu'il eut refusé, lui aussi, d'espionner des étudiants iraniens vivant en Belgique pour le compte du ministère des Renseignements iranien.

La matière relève notamment des droits de l'homme et du Fédéral, mais les Régions sont aussi directement concernées puisque la coopération économique, sociale, humanitaire et éducative avec d'autres pays est une compétence des Communautés et des Régions.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK