Prisons surpeuplées: le contrat avec Tilburg est prolongé jusque fin 2013

La ministre de la Justice Annemie Turtelboom a signé vendredi à Tilburg le mémorandum
La ministre de la Justice Annemie Turtelboom a signé vendredi à Tilburg le mémorandum - © DIRK WAEM - Belga

Encore un effort pour limiter la surpopulation carcérale : la Belgique va prolonger la durée de la location de la prison néerlandaise de Tilburg jusqu'à la fin 2013. La ministre de la Justice Annemie Turtelboom s’est rendue aux Pays-Bas pour peaufiner les dernier détails de l'accord permettant cette location.

La ministre de la Justice Annemie Turtelboom a apposé sa signature au bas du traité et son équivalent néerlandais a fait de même. Voilà donc, pour un an, la prolongation de l’accord belgo-néerlandais pour la location de 500 cellules à la prison de Tilburg.

"On est en train de faire la construction de nouvelles prisons dans notre pays, mais elles ne sont pas prêtes, et ça c’est la raison pour laquelle on a fait la prolongation pour une année", précise Annemie Turtelboom à la RTBF.

La succursale néerlandaise de la prison de Wortel est la plus grande maison de peine belge. 650 détenus condamnés en Belgique y seront encore incarcérés. Tilburg est seulement à quelques kilomètres au-delà de la frontière avec les Pays-Bas.

Des critiques

La ministre de la Justice explique aussi que, puisque le problème de surpopulation dans nos prisons dure "depuis les années 1980, ça veut dire que ça prend du temps pour résoudre le problème. Mais on voit vraiment qu’ici c’est une prison très propre, très claire, très nette, avec aussi une autre manière de travailler avec les détenus".

Le coût de l’utilisation de la prison de Tilburg, 38 millions d’euros, a été épinglé par les critiques, les parlementaires et les observateurs. Mais aussi l’éloignement, les problèmes de langue, et surtout l’impossibilité de pouvoir mener à bien la réinsertion des détenus. A tout cela, la ministre de la Justice répond en insistant pour dire que Tilburg est une solution transitoire.

Francoise Baré

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK