Prisonnier en Syrie, Pierre Piccinin da Prata vient d'être libéré

Tous deux sont officiellement sains et saufs et se portent bien. Pierre Piccinin da Prata devrait revenir rapidement en Belgique. L’annonce a été faite par un Tweet d’Elio Di Rupo. "Je partage le soulagement et l'émotion de leurs familles et proches", a-t-il précisé. Dans un communiqué, Le Premier Ministre se réjouit de "la bonne collaboration" entre la Belgique et l'Italie, "qui ont travaillé main dans la main dans ce dossier délicat." Le Premier ministre dit également partager "le soulagement et l'émotion des familles suite à cet heureux dénouement."

Un enseignant de Philippeville

Habitué des voyages dans le monde arabe, cet enseignant de l'athénée Jean Rostand à Philippeville avait disparu en Syrie depuis le mois d'avril et les supputations les plus pessimistes s'étaient multipliées depuis le dernier signe de vie que l'enseignant avait donné, via Skype, le 17 avril. Il avait eu, en juin dernier, une brève conversation avec ses parents, qui habitent Gembloux.

Septième voyage en Syrie

Le chercheur s'est notamment rendu à Homs, Hama et Rastane, viviers de la contestation populaire. Il avait été interpellé des son retour à Damas.

L'historien et politologue de formation effectuait son septième voyage en Syrie depuis le début du soulèvement populaire en 2011. Pierre Piccinin avait été, dans un premier temps,  relativement sceptique quant à la rébellion syrienne et défendait des thèses proches de celles du régime de Bachar al-Assad. Cependant, il avait été enlevé et torturé aux côtés de rebelles pendant six jours lors de son troisième séjour en Syrie en mai 2012. Il avait alors pris la défense du soulèvement populaire contre le régime baasiste.

Le 12 août dernier, on apprenait que les services italiens étaient en contact avec les ravisseurs de Domenico Quirico, le journaliste de La Stampa qui accompagnait Pierre Piccinin. La presse italienne annonçait alors que les services italiens avaient bon espoir de conclure un accord avec les ravisseurs, la ministre italienne des Affaires étrangères évoquant pour sa part son "optimisme prudent".

RTBF avec agences

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK