Pression de Nethys sur la commission Publifin: la présidente répond aux avocats de Nethys

Pression de Nethys sur la commission Publifin: la présidente répond à la lettre des avocats
Pression de Nethys sur la commission Publifin: la présidente répond à la lettre des avocats - © BRUNO FAHY - BELGA

La présidente de la commission parlementaire d'enquête Publifin a répondu aux avocats de Nethys, qui dans une lettre  exigent une relecture du rapport intermédiaire de la commission, actuellement en rédaction à huit-clos. Ils mettent en garde quant au respect des droits de la défense, qui ne seraient pas garantis. Une position déjà tenue par André Gilles lors de sa dernière audition.

Olga Zrihen (PS) rappelle donc à l'ordre les avocats et leur rappelle la mission confiée aux députés, précisant que le travail et les règles de confidentialité qui ont été respectées. Elle ajoute qu'ils n'ont pas à donner d'instruction à la commission : "Nous n'avons pas d'ordre à recevoir de l'extérieur. Nous n'avons pas à transmettre un document qui est le produit du travail de la commission qui est seul maître de son travail."

Des règles d'audition clairement édictées

Dans sa réponse, la commission rappelle que "les commissions étaient publiques", ainsi que les règles d'audition et la prestation de serment, "où tout loisir est laissé à tout un chacun qui est auditionné de présenter les éléments qu'il considère comme étant publics, ceux qu'il considère taire et en même temps la présentation des documents qu'il considère comme utile pour éclairer la commission au mieux", précise Olga Zrihen.

Un moyen de pression?

Olga Zrihen n'analyse pas ce courrier comme un moyen de pression : "C'est à eux de voir si c'est cela qu'ils veulent faire", mais comme une manière "de montrer qu'ils sont dans le circuit de tous les échanges et de toutes la commission d'enquête." 

Elle déclare en tout cas que la commission continuera de travailler comme avant, afin "de faire toute la transparence sur l'objet qu'ils nous ont donné à examiner", de continuer "avec constance et ténacité." 

Les membres de la commission assurent quant à eux que ce courrier n’interférera en rien dans leur travail. Pour Stéphane Hazée, député wallon Ecolo, "on a une tentative de pression et l'illustration de personnes qui n'ont pas encore très bien compris ce qu'il se passe, compris le scandale dans lequel Publifin se trouve." Le courrier "indiffère complètement" Dimitri Fourny (cdH), qui assure que le travail se continuera "dans la sérénité, avec le sérieux voulu." "Ça ne fait pas plus d'effet qu'une mouche sur une table" ajoute Jean-Luc Croucke.

Des textes très attendus

Après plus de 150 heures d'audition, le rapport, dont les premiers textes sont déjà rédigés, est très attendu. "Ces textes seront présentés demain (jeudi, ndlr) devant l'ensemble de la commission, et nous verrons à quels moments nous pourrons communiquer des recommandations qui soient en lien direct avec l'analyse et l'enquête que nous faisons." explique Olga Zrihen.

Des recommandations que la commission espère être votés au parlement de Wallonie d'ici la fin juillet.

Sujet du JT de 13h

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK