Présidentielle: L'Agence France Presse a rompu l'embargo sur les résultats avant 20 h

L'AFP a brisé l'embargo sur l'annonce de résultats avant 20 heures. Polémique.
L'AFP a brisé l'embargo sur l'annonce de résultats avant 20 heures. Polémique. - © AFP / Pierre Andrieu

L'Agence France Presse (AFP) a diffusé dimanche vers 18h50 des estimations des résultats du premier tour de l'élection présidentielle française, sur base de "sources concordantes", rompant ainsi l'interdiction faite aux médias français de diffuser tout résultat ou estimation avant la fermeture des derniers bureaux de vote à 20 heures. Le parquet de Paris a ouvert une enquête. deux médias belges et un journaliste belge seraient visés.

Le parquet de Paris a annoncé dimanche avoir ouvert une enquête sur la publication d'estimations de résultats de la présidentielle avant l'heure légale de 20H00. L'enquête vise l'AFP, deux médias belges, un média suisse, un site internet basé en Nouvelle Zélande et un journaliste belge qui aurait envoyé les estimations par tweet, a précisé le parquet de Paris.

Le parquet a été saisi par la Commission des sondages. "Il y a des faits qui nous paraissent délictueux", a déclaré à l'AFP le secrétaire de la commission, Jean-François Pillon, précisant que ces "faits délictueux" concernent à la fois "des particuliers" et "des entreprises de presse".

En vertu d'une loi datant de 1977, la publication de toute indication sur les résultats d'une élection politique est interdite avant la clôture des derniers bureaux de vote à 20H00.

Vendredi, les neuf principaux instituts de sondages et leurs médias partenaires pour la soirée électorale s'étaient engagés à "tenir secrètes" jusqu'à 20H00 leurs estimations, établies à partir de bulletins de vote dépouillés.

Jeudi, le procureur de la République François Molins, avait prévenu qu'il ouvrirait une enquête judiciaire pour toute violation de l'interdiction, passible d'une amende de 75 000 euros, de diffuser de manière anticipée des estimations de résultats.

Le parquet de Paris n'a pas communiqué le nom du journaliste et des deux médias belges concernés, a appris l'agence de presse Belga dimanche soir auprès de l'AFP.

La question de la diffusion, par les médias étrangers, des résultats de sondages et premières estimations avant 20h dimanche a fait couler beaucoup d'encre dans la presse française, belge et suisse ces derniers jours et relancé le débat de l'interdiction française de toute publication avant la fermeture des bureaux de vote français.

Plusieurs médias, notamment belges et français, ont diffusé des premières estimations des résultats dès le début de l'après-midi dominicale. Ces tendances se sont également retrouvées en masse sur les réseaux sociaux, notamment Twitter.

Peu avant 19h, l'AFP elle-même a rompu cette interdiction en donnant une première estimation, précisant toutefois que la diffusion de ces informations auprès du grand public était de la seule responsabilité de ses clients et qu'elle "ne diffusera aucune information sur les estimations auprès du grand public via ses services internet avant 20H00".

Ensuite l'AFP a diffusé plusieurs dépêches sous un embargo flou ne présentant pas de délai de péremption reprenant des informations tirées d'estimations sur base des premiers résultats connus, ainsi qu'un portrait du vainqueur du premier tour.

Belga

Et aussi

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK