Présidence du PS liégeois: Jean-Pierre Hupkens se dit "intéressé" par le poste

Suite à la démission de son président depuis 12 ans, Willy Demeyer, le PS liégeois s'est réuni ce samedi matin. Une réunion à l'issue de laquelle les dirigeants locaux du parti ont décidé de renouveler l'ensemble de leurs instances. 

Des élections seront également organisées pour désigner le nouveau président du PS liégeois avant le discours du premier mai. Les candidatures seront ouvertes jusqu'au 21 mars.

Aucune candidature officielle n'a été déposée. Mais on sait que le député bourgmestre de Herstal, Frédéric Daerden, avait déjà été intéressé par le poste en 2015.

Échevin de l’urbanisme et de la culture, proche de Demeyer

Mais à l'entrée de la réunion, c'est Jean-Pierre Hupkens, échevin de l'urbanisme et de la culture à la ville de Liège qui s'est déclaré ouvertement tenté par la fonction.

L’homme, qui est un proche de Willy Demeyer, n’est pas encore officiellement candidat: "Je ne suis pas candidat à l’heure actuelle, puisqu’il n’y a pas de candidature ouverte" mais ce proche du président démissionnaire et actuel bourgmestre de la ville de Liège se dit ouvertement "intéressé par le poste".

Incarner le renouveau à 62 ans ?

Une candidature, mais avec quel programme? "Je pense qu’il y a une attente de redynamisation de nos instances, de notre fédération. Je pense qu'il faut ramener le militant au centre du processus décisionnel."

Pour autant, est-ce-que Jean-Pierre Hupkens, 62 ans, va pouvoir incarner ce renouveau de la fédération socialiste ? "Je ne suis certainement pas tout jeune, mais je ne suis pas aussi ancien que ça dans l‘exercice d’un mandat politique puisqu’il y a juste 10 ans que j’ai été élu". Selon l’échevin, ce sera aux militants de décider s’il est l’homme de la situation: "Le futur nous le dira, et puis les gens doivent voter, ce n’est pas un détail… on verra bien".

Source de jouvence politique ou ravalement de façade ?

Au-delà du nom du prochain président, l'enjeu de cette élection sera de savoir si elle se rapproche plus d'un ravalement de façade électoraliste que d'une véritable source de jouvence politique ? Talonné sur sa gauche par le PTB, le nouveau PS liégeois aura en tout cas fort à faire pour affronter les élections en 2018.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK