Présidence de DéFI : François De Smet est élu dès le premier tour

Le Bruxellois François de Smet est élu président de DéFI dès le premier tour avec 62,3% des voix. Les militants ont donc voté majoritairement en faveur de l’ancien directeur de Myria, le Centre fédéral Migration.

Son principal challenger, Christophe Magdalijns a recueilli 34,5% des suffrages. Quant aux candidats wallons Jean-Claude Cremer et Julie Leclercq, ils ont obtenu respectivement 1,3% et 1,9% des voix. Le congrès a été mis à profit pour rendre un vibrant hommage à Olivier Maingain qui a occupé la présidence du parti durant près de 25 ans."C’est vrai que je ressens un moment d’émotion. Je vois tout un périple accompli. Je sais aussi que vous m’avez appris beaucoup, a confié Olivier Maingain avant de féliciter son successeur. Nous allons reprendre un chemin avec un nouveau président et je voudrais dire à François comme à ceux qui ont concouru, qu’il va laisser sa marque à l’histoire de ce parti, il va donner son intelligence, son analyse de la situation politique".

"C’est extraordinaire que François, qui nous a rejoints il y a quelques mois, soit déjà appelé à assumer la présidence de ce parti. Je voudrais lui dire toute mon affection, toute ma sympathie, tous mes encouragements. Prends pleinement force sur cette militance qui a toujours fait l’honneur de ce parti", a confié l’ancien président.

C’est ensuite au nouveau président de prendre la parole. "Quand je me suis lancé de manière un peu folle dans cette course à la présidence, personne ne m’a fait le reproche : "Mais tu viens d’arriver, ça ne va pas". On a l’impression d’être accueilli dans une famille. J’ai tout de suite été accueilli avec générosité", a estimé François De Smet.

"Nous sommes les seuls, et peut-être les derniers, à nous battre pour les droits des Francophones là où ils sont mis en danger comme en périphérie. Non, nous ne renonçons pas à réclamer des droits pour les habitants des communes à facilités de décider de leur sort et plus largement, nous n’abandonnerons pas les Francophones du Brabant lâchés par la sixième réforme de l’Etat", soutient le nouveau président.

"Nous sommes aujourd’hui un parti généraliste et ça, c’est la réussite d’une équipe et la volonté d’un homme et il faut le remercier publiquement", adresse François De Smet à Olivier Maingain.

François De Smet, ancien directeur de Myria

François De Smet, 42 ans, est docteur en philosophie de l’Université libre de Bruxelles. Il est également titulaire d’un baccalauréat en droit dans la même université. De 2015 à 2019, il est président directeur de Myria, le Centre fédéral Migration, organisme fédéral belge chargé de veiller aux droits fondamentaux des étrangers, d’informer les autorités sur l’ampleur des flux migratoires et de stimuler la lutte contre la traite et le trafic des êtres humains.

Il a également été conseiller du ministre-président de la Communauté française, Hervé Hasquin, de 1999 à 2004, sur les questions liées à l’égalité des chances et à la citoyenneté.

Entré chez DéFi il y a un an et demi, il a été élu député fédéral (l’un des deux obtenus par DéFI) le 26 mai 2019.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK