La N-VA, plus grand parti de Flandre, conserve Anvers, Groen progresse

La N-VA, plus grand parti de Flandre, conserve Anvers
2 images
La N-VA, plus grand parti de Flandre, conserve Anvers - © Belga

En Flandre, malgré un certain tassement, la N-VA reste le plus grand parti de la région mais conserve surtout son bon score de 2012 à Anvers mais c'est Groen qui fait le grand bond en avant partout ou presque. Le SP.A est plus souvent du côté des perdants. A Gand, le SP.A-Groen enregistre de lourdes pertes face à l'Open VLD. A Malines, c'est la liste du bourgmestre libéral Bart Somers qui s'impose avec une majorité absolue qui met la N-VA hors jeu. Le CD&V se maintient bien au niveau local et arrache l'écharpe maïorale au SP.A à Bruges. Ailleurs, on assiste à une remontée du Vlaams Belang. L'Open VLD est en bonne position dans certaines villes. Le PVDA (PTB) ne progresse guère. 

Au niveau provincial, la N-VA et le CD&V se répartissent les cinq provinces flamandes.

La N-VA conserve sa majorité à Anvers et se pose en formateur

A Anvers, les résultats complets donnent 35,9% pour la N-VA, en léger tassement (-1,8%), talonnée par Groen avec 18,4% (+10,4%), devant le SP.A avec 11,6%, stable, le Vlaams Belang avec 10,6% (+0,4%), le PVDA (PTB) avec 8,9% (+0,9%), le CD&V avec 6,9% et l'Open VLD avec 5,7%.

En termes mathématiques, la majorité mise sur pied par Bart De Wever en 2012 se maintient de justesse et comme le souligne le bourgmestre, aucune majorité n'est imaginable sans la N-VA.

Dans un discours triomphaliste, Bart De Wever, annonce des négociations dès lundi. Il se pose en formateur d'une coalition calquée sur l'alliance sortante avec l'Open VLD et le CD&V mais n'exclut aucun autre parti de sa "suédoise" même s'il leur reproche un certain manque de solidarité pendant la campagne, ni Groen d'ailleurs... Par contre les extrêmes sont clairement exclus. Bart De Wever se voit en tout cas encore pendant 6 ans bourgmestre d'Anvers.

En outre, Bart De Wever est toujours le champion en voix de préférence : plus de 76.000, largement devant Filip Dewinter, 18.000.

Autour d'Anvers, SchotenEdegem, Mortsel, Kontich et Brasschaat dessinent une véritable ceinture jaune en périphérie anversoise. Mais selon le politologue Carl Devos, on n'assiste pas au grand bond en avant espéré par le parti.

Un "dimanche vert" pour Groen

Au CD&V, Kris Peeters doit reconnaître sa défaite. Les socialistes sont aussi déçus : ils n'ont pas réussi à briser la coalition au pouvroi. Au Vlaams Belang, Filip Dewinter cède sa place de chef de fraction à Sam Van Rooy.

Par contre Groen juge qu'on assiste à un "dimanche vert" à Anvers. La tête de liste Wouter Van Besien salue un triplement de ses sièges à Anvers et près d'un Anversois sur 5 qui a voté Groen.

Les électeurs rebattent les cartes dans plusieurs grandes communes de Flandre

Gand, le cartel SP.A-Groen enregistre une forte baisse, face à un Open VLD conquérant. Une coalition de centre-droit entre Open VLD, N-VA et CD&V se dessine mais difficilement. Le libéral Mathias De Clercq veut prendre la tête de ce mouvement. Mais un mauvais plaisant a paralysé le dépouillement en répandant une poudre suspecte dans les bulletins de vote. Après analyse, il s'avère que la poudre est inoffensive, mais dimanche soir, tous les bulletins de vote n'ont pu être dépouillé. 

A Bruges, le CD&V reste le plus grand parti avec près de 32% des voix. Une coalition CD&V, SP.A et Open VLD fournira le nouveau bourgmestre : Dirk De Fauw.

A Courtrai, c'est la liste du bourgmestre libéral Vincent Van Quickenborn, Team Burgemeester, qui fait un beau score avec plus de 31%, devant le CD&V et le SP.A. Pour "Q", le moment est "historique".

A Ostende, on note un un recul du SP.A de Johan Vande Lanotte mais avec 22,8% il reste le plus grand parti de la ville côtière, vu les pertes également enregistrées à la N-VA. Le SP.A est désormais talonné par l'Open Vld de Bart Tommelein.

A Louvain, les résultats complets donnent le SP.A en tête à 26% devant la N-VA à 21,9%. Une coalition se forme entre Groen, le SP.A et le CD&V, qui livre le bourgmestre socialiste Mohamed Ridouani. Ce dernier fait plus de voix de préférence que son prédécesseur Louis Tobback et considère sa nomination comme bourgmestre comme un signal important montrant qu'à Louvain quelle que soit son origine, il est possible de réaliser ses rêves. C'est le premier bourgmestre d'une grande ville flamande avec des racines étrangères.

A Hasselt, sur base de résultats définitifs, la N-VA reste le plus grand parti avec 28,7%, devant l'alliance Rood Groen + Hasselt en chute libre avec 25,3% et le CD&V 20,9%. Le ministre N-VA de la Défense devient bourgmestre en alliance avec RoodGroen+ et l'Open VLD.

A Malines, le cartel VLD-Groen-M+ du bourgmestre Bart Somers triomphe avec une majorité de quasi 48%.

Belang et N-VA en concurrence

Ninove, la liste Forza Ninove, Guy D’Haeseleer du Vlaams Belang est largement en tête : il espère devenir le premier bourgmestre d’extrême droite en Flandre. Si cela se confirme, les autres partis devront sans doute se réunir pour former une "monstercoalitie".

A Genk, la poussée de la N-VA mène les nationalistes à 27,6%, avec sur la liste Zuhal Demir, mais pas assez pour détrôner le CD&V à 38,6%.

A Tongres, le cartel Tongeren.nu VLD CD&V rassemble environ 42% des voix, devant le SP.A.

A Aarschot, l'Open VLD est en passe de devenir le plus grand parti avec près de 30%.

A Merchtem, la liste de la VLD Maggie De Block perd 12,5%.

Lubbeek, commune de Theo Franken, la N-VA reste le numéro 1 avec plus de 34%.

En Flandre orientale, à Saint-Nicolas et Alost, la N-VA et le Vlaams Belang progressent. A Aalter, Pieter De Crem et sa liste CD&V-N-VA réunissent une majorité absolue de 56,5%.

A Turnhout, c'est un mano a mano entre la N-VA et le Vlaams Belang, tous deux autour des 18%.

Et à Middelkerke, Jean-Marie Dedecker s'offre une majorité absolue avec 44,33%.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK