Première enquête nationale sur l'homophobie, le sexisme et la transphobie

L'enquête sonde ce que les gens pensent de l'égalité entre les femmes et les hommes, les gays, lesbiennes et les transgenres. L'objectif est d'avoir une meilleure vision des attitudes de la population dans son ensemble, et disposer ainsi d'une analyse spécifique de la situation bruxelloise. "En prenant connaissance des facteurs à la base des cloisonnements, nous pourrons mener une politique encore plus ciblée et plus efficace", précise Bruno De Lille. "En examinant les aspects cognitifs, émotionnels et comportementaux, nous voulons apporter les nuances nécessaires aux résultats", explique Joz Motmans de l'Universiteit Antwerpen, promoteur de l'enquête. "Derrière l'acceptation politiquement correcte de l'homosexualité, se cachent encore des préjugés, et une attitude négative, parfois très violente, à l'égard des personnes concernées. Seule une compréhension approfondie des causes de ce phénomène permettra de mener une politique efficace et préventive", a pour sa part affirmé Jozef De Witte, directeur du CECLR. Du 7 octobre au 7 décembre, toute personne âgée de minimum 16 ans peut se rendre sur le site www.beyondthebox.be et répondre anonymement à l'enquête en ligne, en néerlandais, en français ou en anglais.

Belga

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK