Préavis de grève dans le secteur des assurances, suite à l’impasse de la concertation sociale

La concertation sociale à propos d'un accord salarial dans le secteur des assurances est dans l'impasse. En conséquence, les syndicats ont déposé un préavis de grève en front commun, annoncent-ils jeudi.

Sans percée dans les prochains jours, des actions seront possibles à partir du 8 novembre, prévient le front commun syndical. En cause : les négociations sectorielles qui n'ont pas abouti après une réunion mercredi. Selon les syndicats socialiste, chrétien et libéral, la responsabilité incombe à la fédération patronale Assuralia, qui n'a répondu "que de façon très insuffisante aux revendications déposées".


►►► À lire aussi : Les assurances en font-elles assez pour les indépendants malmenés par la pandémie ? Le SNI n’exclut pas une action en justice


Les discussions bloquent sur l'octroi d'une prime corona de 500 euros, l'augmentation salariale de 0,4% comme prévu dans l'accord interprofessionnel, sur les conditions de télétravail et sur l'amélioration du droit à la formation.

Pour les syndicats, la prime corona doit bénéficier au personnel du secteur des assurances alors que ce dernier "a connu un bénéfice de 2,8 milliards" d'euros en 2020, ce qui représente une amélioration de 25% en un an, pointent les secrétaires nationaux d'ACV Puls Vic Van Kerrebroeck et de la CNE Philippe Samek.

"Parvenir à un accord équilibré"

Du côté des formations, les syndicats ne comprennent pas qu'Assuralia traîne des pieds pour renforcer ce droit "alors que dans ce secteur, les compétences sont en constante évolution", selon le responsable assurances à l'ACLVB Thibaut Monjardin.

Assuralia rétorque, elle, que les négociations sont toujours en cours. "Nous continuerons à être constructifs autour de la table dans le but de parvenir à un accord équilibré".

Accord interprofessionnel: JT 08/06/2021

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK