Poussée de fièvre au fédéral et pressions de la N-VA : l'Open VLD "déterminera seul ce qu'il juge bon ou pas"

Poussée de fièvre au Fédéral et pressions de la N-VA: l'Open VLD "déterminera seul ce qu'il juge bon ou pas"
Poussée de fièvre au Fédéral et pressions de la N-VA: l'Open VLD "déterminera seul ce qu'il juge bon ou pas" - © NICOLAS MAETERLINCK - BELGA

Les libéraux flamands n’apprécient guère les flèches lancées depuis dimanche par le président de la N-VA Bart De Wever et le CD&V. La réunion secrète samedi soir autour de l’informateur Paul Magnette continue à faire monter la température des discussions pour la formation d’un gouvernement fédéral. Samedi soir, seuls étaient présentes autour de la table les familles socialistes, libérales et écolos. Pas de N-VA donc et pas de CD&V non plus.


►►► A lire aussi : Paul Magnette mise tout sur le VLD, Bart de Wever aussi


Bart De Wever s’est emparé de cette "fuite" sur la tenue de cette réunion pour pointer du doigt l’Open Vld et faire pression sur ce parti, divisé sur la marche à suivre. L’idée d’un gouvernement arc-en-ciel, minoritaire en Flandre, est bien l’alternative poussée par Paul Magnette. Bart De Wever, dont certains se demandent s’il veut réellement monter dans un gouvernement fédéral, entend pourtant capitaliser sur cette fuite et mettre l’Open VLD sous pression.

Ce matin, les libéraux flamands étaient réunis en bureau de parti. On sait que la première note de l’informateur, Paul Magnette, avait été jugée "imbuvable" par les bleus. Ce matin ils devaient donc évaluer les avancées, notamment à la lumière de cette réunion de samedi soir. On sait que Paul Magnette a quelque peu bleui sa note, mais il reste pour l’Open Vld des questions notamment sur le budget.

Le parti libéral flamand a donc fait savoir à l’issue de son bureau qu’il n’avait "pas encore posé de choix en faveur d’une coalition ou d’une autre au fédéral". Le parti qui entend bien déterminer seul la ligne à suivre. Alexander De Croo, un des négociateurs affirme vouloir avant tout parler de contenu. L’Open VLD répond ainsi aux critiques : "Il déterminera seul ce qu’il juge bon ou pas". Les deux négociateurs, Gwendolyn Rutten, la présidente et Alexander De Croo, ont reçu le soutien unanime des membres du bureau.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK