Pourquoi tant de tracts personnalisés cette année en Wallonie? A cause d'une nouveauté

Pourquoi tant de tracts personnalisés cette année en Wallonie? A cause d'une nouveauté
Pourquoi tant de tracts personnalisés cette année en Wallonie? A cause d'une nouveauté - © Tous droits réservés

Beaucoup parmi vous se plaignent d'être inondés de tracts électoraux depuis le début de cette campagne pour les communales et provinciales. Et en Wallonie, on peut observer que ce raz-de-marée est renforcé par une nouvelle tendance : la diffusion de tracts "personnalisés". C'est-à-dire qu'au lieu d'avoir une seule publication par liste qui se présente, des candidats d'une même liste envoient leur propre tract, parfois seuls, parfois à deux ou quelques-uns, en mettant en évidence leur nom et leur photo, bien sûr, mais aussi leur place sur la liste.

Une tendance qui est sans doute liée à une nouveauté pour ces élections communales et provinciales 2018 en Wallonie: la suppression de ce qu'on appelle "l'effet dévolutif" de la case de tête. Cette case, située sur le bulletin de vote sous le numéro et le logo de la liste, au-dessus des noms des candidats, est traditionnellement l'endroit où l'électeur indique qu'il vote pour une liste sans vouloir intervenir dans l'ordre dans lequel les candidats sont présentés.

Jusqu'en 2006, les candidats qui étaient placés en haut de la liste pouvaient bénéficier du "pot commun" constitué par les votes en case de tête, pour atteindre le chiffre d'éligibilité, c'est-à-dire le score électoral suffisant en voix de préférence pour être élu conseiller. En 2012, cet effet dévolutif avait été diminué de moitié. Ce sera encore le cas pour Bruxelles en 2018 : la moitié des voix portées en case de tête sera distribuée aux candidats qui n'atteignent pas le chiffre d'éligibilité.

Par contre, pour la Wallonie, cet effet est complètement supprimé. Les votes en case de tête récoltés par une liste seront comptabilisés uniquement pour déterminer le nombre d'élus auxquels cette liste a droit. Une fois le nombre d'élus déterminé par liste, ceux-ci seront tout simplement désignés en retenant le nombre requis dans la liste des candidats classés par ordre décroissant de leurs voix de préférence.

Ce qui veut dire que tous les candidats partent sur un pied d'égalité, peu importe leur position sur la liste. C'est ce qui explique que certains candidats moins bien placés, mais qui ont de l'ambition, appellent au vote nominatif, en précisant bien leur position sur la liste.

Ajoutons à cela que n'importe quel candidat de la liste peut devenir bourgmestre, peu importe sa place sur cette liste : sera en effet désigné bourgmestre celui qui aura comptabilisé le plus de voix de préférence dans la liste qui a obtenu le plus de voix du pacte de majorité.

De quoi donner des ailes à certains... et en tout cas l'envie d'investir dans une campagne personnalisée...

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK