Pour ou contre la taxe kilométrique? "Quand on habite à la campagne, on a besoin d'une voiture"

Pour ou contre la taxe kilométrique? "Quand on habite à la campagne on a besoin d'une voiture"
2 images
Pour ou contre la taxe kilométrique? "Quand on habite à la campagne on a besoin d'une voiture" - © Jonas Hamers / ImageGlobe

Le rapport annuel publié par Viapass, l'organisme interrégional qui coordonne et contrôle la taxe kilométrique en Belgique, a suscité de vives réactions. Dont une, de la fédération du secteur automobile Febiac. Elle préconise une taxe kilométrique "intelligente" permettant, selon elle, de réduire les bouchons. Cette mesure ressemble à celle déjà mise en place pour les camions, mais vise ici les automobilistes, également. Bonne ou mauvaise idée? C'était le débat de ce mercredi soir, dans À Votre Avis.

Avant même que le débat ne se tienne sur notre plateau, la Fédération des Entreprises de Belgique (FEB) s'était déjà clairement manifestée en faveur d'un tel projet fiscal. Un point de vue que Philippe Lambrecht, administrateur-secrétaire générale de la FEB, a défendu à nouveau. 

Apolline Stockhem est chargée de projet en mobilité durable. Selon elle, les automobilistes doivent comprendre qu'il existe autre chose que la voiture. Le car-sharing, l'auto-partage, etc. Pour elle, la voiture n'est plus seulement un bien que l'on possède, bien que le Belge, elle l'avoue, est encore très attaché à son véhicule.

Côté politique, deux représentants du gouvernement wallon étaient présents. René Collin (cdH), d'une part, et Pierre-Yves Jeholet (MR), d'autre part. Pour le ministre de la Ruralité, René Collin, la taxe kilométrique, "c'est profondément injuste". Sur 262 communes wallonnes, 229 sont considérées comme rurales. "Pas le choix pour les habitants de ces communes: il faut une voiture pour se déplacer, pour travailler".

Tout comme son collègue wallon, le ministre de l'Économie, Pierre-Yves Jeholet est opposé à cette taxe au kilomètre.  "Ce que je ne veux pas", dit le ministre, "c'est que pour régler un problème de mobilité, on taxe à nouveau les citoyens".

Enfin Céline Tellier, secrétaire générale adjointe à la Fédération inter-environnement Wallonie, conclut plusieurs questions en pointant du doigts différentes problématiques: la dépendance du Belge à sa voiture, dans un premier temps. 

Non sans égratigner le monde politique, mais aussi la FEB, elle n'hésite pas à dénoncer une certaine mollesse décisionnelle relative à la mobilité.  

Céline Tellier a également réagit aux propos du représentant de la FEB. 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK