Paul Magnette: la responsabilité socialiste plutôt que l'austérité libérale

Paul Magnette s'est exprimé à Charleroi, dans la cadre de la fête du travail
Paul Magnette s'est exprimé à Charleroi, dans la cadre de la fête du travail - © Belga

En cette matinée de 1er mai, Paul Magnette est à Charleroi, sa ville, pour sa première fête du travail en tant que président du PS. La fête a commencé par un discours solennel devant 600 élus et militants. Paul Magnette a critiqué la doite et ses politiques d'austérité, tout en appelant à une mobilisation générale pour la solidarité et l'emploi.

L'emploi s'est retrouvé mercredi au centre du discours du 1er mai du président du PS, Paul Magnette, qui a opposé la "responsabilité" du parti socialiste aux politiques d'austérité voulues par "la droite libérale et la Commission européenne", à l'origine du chômage des jeunes en Grèce et en Espagne.

"La droite veut sacrifier la jeunesse et protéger ses privilèges, nous allons sauver la jeunesse et nous attaquer à leurs privilèges", a dit Paul Magnette, applaudi par plus de 500 militants réunis à l'Université du travail à Charleroi. Comme il l'avait dit lors du Congrès du PS, le président du PS a rappelé que le gouvernement fédéral avait porté un tiers de l'effort de rigueur sur la taxation du capital, une dynamique à poursuivre, selon lui.

Les multinationales "sont en train de foutre le camp"

Certaines multinationales ont mis en place des mécanismes d'ingénierie fiscale pour faire fructifier leur capital. Aujourd'hui, elles "sont en train de foutre le camp", s'est-il félicité alors que la presse faisait état cette semaine d'un retrait de capitaux de l'ordre de 45 milliards d'euros ces derniers mois.

Mais mercredi, Paul Magnette s'est surtout focalisé sur le redressement de la Wallonie, observé jusqu'en Flandre. Alors que le MR défile mercredi à Jodoigne, Paul Magnette a raillé le "ronronnement libéral" qui se plaît à "dévaloriser ce que nous faisons" à travers des "caricatures sans fondement". Le parti qui "croit le plus en la Wallonie, ses entrepreneurs et ses jeunes, c'est le Parti socialiste", a-t-il assuré.

Rudy Demotte à Mouscron

Le ministre-président de la Région wallonne Rudy Demotte a, pour sa part, arrangué les foules à Mouscron. Il a appelé  le Parti socialiste et les militants à agir pour "défendre et conquérir" afin d'assurer "un travail de qualité pour tous, des revenus décents pour tous et, au final, simplement le bien-être pour tous".

Rudy Demotte a aussi défendu la "force d'action" du PS, ce qui le distingue selon lui des partis extrêmes, "fondés sur la critique et la simple promesse". "Notre projet de société, ce n'est pas un modèle abstrait, c'est un projet en action", a-t-il souligné, se basant sur la réalisation du Plan Marshall.

Le ministre-président a critiqué la "Commission Barroso-Rehn-De Gucht, qui continue à défendre une ligne qui démontre pourtant sa faillite, sans en faire l'aveu", tout en redisant sa foi en une Europe forte".

RTBF et Belga

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK