Pour le MR, la visite Puigdemont est "privée" et n'a pas à être commentée

Le chef de groupe libéral David Clarinval s'en prend à l'opposition, et en particulier au PS, dont l'attitude a manqué "de discernement et de prudence", juge-t-il.
Le chef de groupe libéral David Clarinval s'en prend à l'opposition, et en particulier au PS, dont l'attitude a manqué "de discernement et de prudence", juge-t-il. - © LAURIE DIEFFEMBACQ - BELGA

Pour le chef de groupe MR à la Chambre, David Clarinval, "la visite, à titre privé (du ministre-président catalan destitué, ndlr) Carles Puigdemont, n'a pas à être commentée par le gouvernement belge".

David Clarinval s'en prend à l'opposition socialiste selon qui l'image de la Belgique est écornée alors que le Premier ministre se mure dans le silence.

"Il est scandaleux d'abaisser le débat catalan à des petits jeux comme ceux-là qui ne grandissent pas l'action politique. Aucune information ne nous est parvenue sur les intentions de M. Puigdemont. Et quand bien même, si demande d'asile il devait y avoir, elle serait traitée par un organisme indépendant, à savoir le Commissariat général aux réfugiés et apatrides et le gouvernement de Charles Michel, qui respecte l'État de droit, ne serait en aucun sollicité", a-t-il estimé.

Notons néanmoins que, ce mardi matin, le Résidence Palace, dont le bâtiment est géré par les services du Premier ministre Charles Michel, a refusé que Carles Puigdemont y tienne sa conférence de presse.

"Un emballement médiatique assez invraisemblable"

Dans le collimateur de l'élu libéral, se trouvent le président du PS Elio Di Rupo ainsi que le chef de groupe PS à la Chambre Ahmed Laaouej, qui déclarait ce mardi matin sur les antennes de La Première que la Belgique est "la risée de la scène internationale".

"Nous avons connu un emballement médiatique assez invraisemblable hier (ce lundi) et, plutôt que d'attendre la vérification d'informations contradictoires, les leaders socialistes ont fait preuve d'un manque total de discernement et de prudence", juge David Clarinval.

Selon le chef de groupe réformateur, "en accusant le Premier ministre d'écorner l'image de la Belgique sur de simples suppositions, le PS prouve qu'il n'a aucun scrupule à utiliser la première rumeur qui passe pour cogner sur le gouvernement : pathétique".

"Il est temps que l'opposition socialiste retrouve un peu de sang-froid et ne se serve pas de la moindre rumeur pour tenter de déstabiliser le gouvernement. C'est ce genre d'attitude qui écorne l'image du pays", a-t-il conclu.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK