Pour le criminologue Michael Dantinne (ULg), "L'EI revendique tout sauf contre-indication"

L'enquête progresse après l'agression de deux policières.
L'enquête progresse après l'agression de deux policières. - © FRED DUBOIS - BELGA

Une nouvelle perquisition a eu lieu dimanche soir à Farciennes, dans la région de Charleroi, dans le cadre de l’enquête menée suite à l’agression à la machette de deux policières ce samedi.

L'entourage direct de l'assaillant a été entendu mais personne n’a été placé sous mandat d’arrêt, l’objectif étant plutôt de cerner le profil et les motivations de l'auteur, Khaled B., un Algérien de 33 ans, connu pour des faits de délinquance mais pas pour terrorisme.

Un contexte très large d'appel à l'attentat

De son côté, l’organisation terroriste Etat Islamique n'a cependant pas attendu pour revendiquer l'attaque de Charleroi. La récente stratégie du groupe implique de s'approprier un maximum de faits, pour entretenir la peur tout en évitant de revendiquer des actes qui seraient contraires à ses principes de base. Une stratégie que l’organisation opère le plus souvent sans même connaître les auteurs de ces attaques.

Michael Dantinne, criminologue au Centre d'étude sur le terrorisme et la radicalisation de l'ULg, explique : "On revendique tout sauf présence de contre-indication, une cible qui serait complètement contraire aux intérêts de Daech ou bien les caractéristiques de l’auteur ou des victimes qui ne serviraient pas son message. Si ces contre-indications ne sont pas présentes, et puisqu’on est dans un contexte d’appel très large à l’attentat, à l’attaque, de frapper les impies, les membres de la coalition, les ennemis qui, pour Daech, sont tout sauf eux, alors on aura une revendication".

Pour le criminologue, l’intérêt de l’organisation de revendiquer un grand nombre d’attaques serait lié à la volonté d'instaurer une peur omniprésente : "Son intérêt, c’est celui-là, c’est de faire régner la peur pour faire résonner son message, pour aussi attirer des sympathisants. C’est leur stratégie parce que la stratégie du terrorisme en général, c’est de faire régner la peur pour faire résonner un message".

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK