Pour le cdH il faut "travailler sans attendre à un projet francophone"

Benoît Lutgen, président du cdH
Benoît Lutgen, président du cdH - © RTBF

Le spectre du plan B hante à nouveau la vie politique belge : il s'agit d'un plan d'avenir distinct pour les Flamands et les francophones du pays. Wallons et Bruxellois doivent travailler sans attendre à un projet francophone, déclare Benoît Lutgen, le président du cdH, à la RTBF, en réponse aux propos tenus ce week-end par Bart De Wever.

Interrogé dans "L’Indiscret", le président de la N-VA a appelé les francophones à rediscuter du confédéralisme après les élections communales.

Benoît Lutgen réagit, au micro de Pierre Magos : "Ce que je dis, quelle que soit la réalité de Monsieur De Wever, quelle que soit la réalité de son score lors des élections du 14 octobre, ou même en 2014, nous devons, c'est notre responsabilité en tant qu’hommes politiques, ou femmes politiques, de pouvoir imaginer l'espace francophone, d'y travailler ensemble, d'être forts de notre propre projet et pas uniquement d'être dans le subi, dans le réactif et de devoir se retrouver au fil des mois, des années, à des tables de négociations simplement en disant qu’on n'est pas d'accord ou qu’on ne souhaite pas ça".

Pierre Magos: - Cela signifie-t-il que vous en appelez au Parti socialiste, qu'il prenne l'initiative ?

Benoît Lutgen: "Oui, Monsieur Picqué a fait la même demande, j'étais d'ailleurs assez étonné de son intervention publique demandant qu'on réfléchisse à tout cela. Il y a des discussions qui sont en cours, ça, c'est une première chose. Elles doivent être renforcées et certainement plus actives durant ces prochains mois. Il y a urgence en tout cas de pouvoir se réunir régulièrement, de pouvoir travailler avec l'ensemble des acteurs économiques, sociaux et environnementaux. Et c'est dans ce contexte-là, je crois, qu'on doit travailler et il y a des propositions qui sont faites pour en débattre, avec la population d'ailleurs, et avoir ce projet dès maintenant". 

RTBF

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK