Pour le CD&V, le départ de la N-VA du gouvernement fédéral complique la révision de la Constitution

Capture d'écran du débat De Zevende Dag (VRT)
Capture d'écran du débat De Zevende Dag (VRT) - © Tous droits réservés

Dimanche, la VRT a organisé un débat des présidents de parti flamands dans l'émission De Zevende Dag. Parmi les thèmes abordés, l'éventuelle révision de la constitution, point cher à la N-VA.

Selon le président du CD&V, Wouter Beke, la tradition belge veut qu'à la fin de la législature, on puisse conclure une déclaration de révision de la Constitution : "Nous avions convenu que, dans des circonstances normales, si l'avion suédois avait atterri de manière convenable après cinq ans, nous l'aurions fait. Mais la N-VA a quitté le gouvernement. Le gouvernement est maintenant en affaires courantes. Pour déposer une déclaration de révision de la Constitution, vous avez besoin d'un gouvernement, d'une Chambre et d'un Sénat. En principe, je ne suis pas contre.

Bart De Wever (N-VA) a alors répliqué : "Êtes-vous en principe pour ?" Ce à quoi le président du CD&V a répondu : "Oui, je n'ai jamais fait un secret qu'à la fin du parcours, ça devrait être possible de le faire. Seulement, vous avez fortement compliqué la situation en démissionnant du gouvernement."

Nous aimerions rester le plus loin des questions communautaires

Pour le président de la N-VA, il serait possible de présenter une proposition de révision de la Constitution au Parlement : "On n'a qu'à voir qui est pour ou contre, c'est la manière de procéder qu'avec la réduction de la TVA sur l'énergie." 

Gwendolyn Rutten, présidente de l'Open VLD, ajoute quant à elle : "Il faut se tenir à ce qui a été convenu. Si notre histoire s'était bien terminée, nous aurions regardé de quelle manière nous aurions révisé la Constitution. Du côté de mon parti, nous aimerions rester le plus loin des questions communautaires. Je n'ai aucune envie de scinder le pays."

Elle indique néanmoins qu'elle est prête à discuter d'une réduction de l'appareil étatique, comme la diminution du nombre de représentants politiques et la suppression du Sénat. "Je regrette fortement de voir le fantôme du communautaire resurgir. Des gens de la N-VA qui disent maintenant que c'est à cause de l'ingouvernabilité du pays. Il faut éviter ça comme la peste."

Bart De Wever réfute qu'il veut réviser la Constitution pour mener à la séparation du pays, il veut mettre en place le confédéralisme.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK