Pour Georges Gilkinet (Ecolo), la voiture de société "est un modèle du passé"

Le programme d’Ecolo n’est-il vraiment qu’un inventaire de nouvelles taxes ? Georges Gilkinet, député fédéral de l’opposition, était l’invité de Matin Première ce lundi pour aborder les mesures socio-économiques proposées par les verts et soumises au Bureau du Plan.

Entre Charles Michel qui craint que l’électeur ne se laisse séduire en achetant « un chat dans un sac » et Bart De Wever affirmant qu’Ecolo « est pire que le PS », chacun y va de sa petite phrase pour mettre en garde les citoyens. Dernière en date, celle de George-Louis Bouchez, annonçant que « le consortium des gauches, Ecolo en tête, conduirait à la destruction de l’emploi et à la hausse des taxes ».


►►► Lire aussi: Ecolo et N-VA, les nouveaux meilleurs ennemis


« C’est un peu pathétique, répond d’emblée Georges Gilkinet. Quand nous sommes aux responsabilités, notamment dans les communes, nous essayons surtout de ne pas dépenser de l’argent inutile. Et les électeurs nous le reconnaissent. Le MR est un peu nerveux et devrait faire preuve d’un peu de modestie », lance-t-il.

Nouveau modèle économique

Le programme des écologistes indique pourtant vouloir augmenter la fiscalité sur les services et les produits polluants. « Nous voulons surtout rendre les choix écologiques moins chers : permettre plus facilement de prendre les transports en commun avec une gratuité jusqu’à 26 ans, permettre d’acheter des produits bons pour la santé, écologiques et issus de l’agriculture biologique avec 0% de TVA, ou encourager des comportements positifs qui vont permettre de relocaliser l’économie, et qui font que l’on sera moins malade, ce qui fait qu’on coûtera moins cher », explique le député sortant.

Ecolo compte en revanche augmenter la fiscalité sur d’autres activités plus polluantes. « A quoi cela sert-il de permettre le transfert de marchandises au-dessus des mers grâce à un kérosène qui n’est pas taxé, de sorte à ce que l’on puisse manger des fraises en toute saison ? », s’interroge Georges Gilkinet. Selon lui, c’est tout un modèle économique qu’il faut remettre en cause. « Nous voulons l’affirmer de façon positive, encourager des choix à la fois vertueux sur le plan écologique, positifs sur le plan économique, et qui nous rendront moins malades », répète-t-il.

1000€ = 1000€

Autre mesure phare des verts, l’application du même impôt sur tous les revenus, qu’ils soient issus du travail ou d’un capital quelconque. Votre épargne ou vos placements financiers, par exemple, seraient autant taxés que votre salaire. Cela permettrait, selon Georges Gilkinet, de diminuer la fiscalité sur le travail : « Quelqu’un qui gagne 1000 euros de ses revenus du travail ou 1000 euros de ses revenus financiers doit être traité fiscalement de la même manière. Nous voulons améliorer les revenus nets des travailleurs, notamment par la mesure du crédit d’impôt. Ce serait un remboursement d’impôts pour les travailleurs jusqu’à 2500 euros. ».

En d’autres termes, Ecolo promet donc une diminution globale de l’impôt, et particulièrement chez les travailleurs à bas revenus. « On nous a beaucoup servi du 'jobs, jobs, jobs', mais les écologistes questionnaient Charles Michel sur la qualité de l’emploi et le salaire alloué aux travailleurs », explique-t-il.

Sus à la voiture-salaire

Enfin, au sujet des véhicules de société, Georges Gilkinet affirme s’attaquer surtout à la « voiture-salaire », qui coûte plusieurs milliards d’euros à la Belgique, augmente les embouteillages et a un impact sur la santé « énorme ». « Il faut que demain, les travailleurs soient payés en salaire plutôt qu’en voitures. C’est un modèle du passé, qui est aussi lié au coût de l’emploi en Belgique. On va dans le mur avec ce système. L’impact environnemental et sur la santé publique est beaucoup trop grand », martèle l’écologiste.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK