Pour Alexander De Croo, "des mesures supplémentaires sont nécessaires" pour limiter la propagation du coronavirus

"J'espère que plus personne ne doit être convaincu de la gravité de la situation" a dit le Premier ministre.
"J'espère que plus personne ne doit être convaincu de la gravité de la situation" a dit le Premier ministre. - © THIERRY ROGE - BELGA

"Des mesures supplémentaires sont nécessaires" en vue de limiter la propagation du coronavirus (Covid-19), a affirmé jeudi à la Chambre le Premier ministre Alexander De Croo (Open Vld). Un comité de concertation est convoqué demain/vendredi à 14h. Le comité de concertation qui réunit le fédéral et les entités fédérées se réunira à 14h au Palais d'Egmont à Bruxelles. Il faut s'attendre à ce que de nouvelles mesures soient prises, comme l'a laissé entendre Alexander De Croo.

"Le nombre de cas augmente de manière exponentielle", a-t-il observé. "J'espère que plus personne ne doit être convaincu de la gravité de la situation. (...) Les hôpitaux sont à un moment charnière. Ils se posent la question du report de certains soins réguliers. Les projections sont très claires. Nous allons avoir exactement la même situation dans d'autres provinces qu'à Bruxelles."

Baromètre et système par phases

M. De Croo n'a pas détaillé les mesures qui pourraient être sur la table du comité de concertation. Il a par contre confirmé l'instauration d'un baromètre permettant de gérer la pandémie sur le long terme. Au début de cette semaine, un système avec des codes couleur était évoqué. Désormais, on évoque davantage un système par phases. "Le fait d'instaurer un baromètre donne une prévisibilité plus motivante pour les citoyens", a justifié le Premier ministre. "Il faut conserver cette logique à l'esprit, (prendre) des mesures simples dont on peut s'assurer le contrôle du respect."

"La situation est plus grave qu'en France et aux Pays-Bas", a renchéri Frank Vandenbroucke (sp.a). "Le temps est à l'action mais pas à l'improvisation.", a ajouté le ministre de la Santé publique.

A propos du comité de concertation de vendredi, il a affirmé refuser "toute politique d'effet d'annonce", précisant toutefois que les mesures qui pourraient être prises respecteraient certains objectifs : "maintenir les écoles ouvertes, faire en sorte que les entreprises puissent continuer leur activité, veiller à ce que les soins de santé ne chavirent pas, permettre aux personnes qui souffrent d'un cancer d'être soignées et à une personne qui doit subir une opération grave d'être admise."

Nouvelle stratégie de tests

Frank Vandebroucke a par ailleurs annoncé qu'une nouvelle stratégie de tests était en cours d'élaboration. "Pedro Facon (le commissaire Corona, ndlr) a lancé lundi une task force avec des experts en matière de testing." Mardi matin, le comité interministériel a formalisé cette task force, présidée par le Pr Herman Goossens (Université d'Anvers). "Je lui ai demandé de nous fournir une stratégie vers la fin du week-end. C'est un travail énorme. J'espère qu'ils aboutiront", a-t-il conclu, rappelant le contexte de pénurie sur les marchés internationaux.

Dans l'opposition, Catherine Fonck (cdH) a exhorté le gouvernement à "cesser le saucissonnage des annonces". "Ce qui a été fait (jusqu'à présent) ne paraît pas assez cohérent pour être perçu comme crédible", a estimé François De Smet (DéFI). Raoul Hedebouw (PTB) a de son côté pointé une politique de tests "pas sérieuse".

Un plan de mise en hibernation pour l'événementiel

"Dans l'hypothèse où des mesures plus strictes (visant à limiter la propagation du coronavirus) devraient être prises prochainement, je tenterai de dégager des solutions pour les acteurs économiques dont l'activité devrait être impactée un certain temps", a annoncé jeudi le ministre des Classes Moyennes, des Indépendants et des PME David Clarinval (MR) à la Chambre. Ces mesures pourraient prendre la forme d'un "plan de mise en hibernation".

David Clarinval a reçu mardi des représentants des secteurs Horeca et de l'événementiel. Il leur a annoncé son intention, déjà formulée, de prolonger le système du droit passerelle jusqu'au 31 décembre. Si de nouvelles mesures devaient être prises, notamment vendredi lors du comité de concertation, le ministre Clarinval a annoncé à la Chambre vouloir "défendre l'adoption de mesures au cas où ces entreprises devraient être mises sous 'cocon' le temps nécessaire".

Mesures d'aide

"Il s'agirait de mettre en place un 'Plan de mise en hibernation' pour ce type de secteur, qui ne saurait plus exercer ses activités en raison de la crise. En ce qui concerne spécifiquement le secteur de l’événementiel, nous devons notamment prévoir un mécanisme ad hoc pour leur permettre de faire face au paiement des coûts fixes (loyers - prêts pour investissement). Je peux déjà vous annoncer que les mesures d'aide seront à la hauteur des difficultés rencontrées par le secteur. Une coordination avec les entités fédérées aura lieu par le biais d'une Conférence interministérielle Économie et Emploi. J'estime que toute mesure de restriction doit être accompagnée d'une mesure compensatoire et de soutien", a-t-il conclu.

Cette annonce n'a pas convaincu le député d'opposition Maxime Prévot (cdH). "Cette réponse n'offre guère de perspectives concrètes. Nous avions proposé hier (mercredi) un amendement (budgétaire) de 15 millions d'euros en faveur du secteur et cette majorité Vivaldi l'a rejeté. Je reviendrai en plénière avec cet amendement", a-t-il promis.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK