Port d'Anvers: la Zélande contre la remise en eau d'un polder

RTBF
RTBF - © RTBF

Les habitants de Zélande, dans le sud des Pays-Bas, qui luttent depuis des siècles contre les eaux, s'opposent farouchement à la remise en eau du polder Hedwige, prévue par un traité signé avec la Belgique sur l'aménagement du port d'Anvers.

Les inondations de 1953 qui firent 1835 morts restent un souvenir douloureux en Zélande, dont l'exploitation est située pour moitié sur le polder Hedwige, 320 hectares de terre gagnés sur l'estuaire de l'Escaut grâce à une digue.

Le gouvernement néerlandais devrait annoncer vendredi si le polder, cultivé par une vingtaine d'agriculteurs, va être remis en eau comme le réclament la Belgique et des organisations de protection de l'environnement.

Les terres inondées deviendront alors une réserve naturelle, pour compenser les dommages à la nature causés par l'approfondissement du chenal de l'Escaut, un chantier vital pour le trafic de porte-conteneurs du port belge d'Anvers, deuxième port européen, prévu dans un traité de 2005.

Devant l'opposition de la population, le gouvernement avait proposé en avril de créer d'autres réserves naturelles sur les rivages de l'Escaut, mais ces projets ont été rejetés en août par le Conseil d'Etat, qui a temporairement gelé le creusement de l'Escaut, provoquant des tensions avec Bruxelles.

(Belga)

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK