Pollution à Zwijndrecht : "Nous assumons nos responsabilités envers les employés, les clients et la communauté", affirme l'entreprise 3M

L'entreprise américaine 3M affirme prendre au sérieux sa responsabilité envers ses employés, ses clients et la communauté dans laquelle elle opère, via notamment des études de la pollution du sol, soutient-elle mardi dans un communiqué, dans sa toute première réaction à la contamination au PFOS (sulfonate de perfluorooctane) dans et autour de son usine de Zwijndrecht.


►►► À lire aussi : Pollution à Zwijndrecht au voisinage de l’usine 3M : le PFOS c’est quoi ? Quels sont les risques ?


Le PFOS appartient à la famille des produits chimiques PFAS (substances perfluoroalkylées). Jusqu'en 2002, 3M produisait ce polluant sur son site de Zwijndrecht. Depuis lors, "nous avons investi dans des moyens de produire de manière encore plus responsable et d'assainir le sol et les eaux souterraines", affirme l'entreprise.

Cette dernière a, par exemple, réalisé une étude de pollution des sols en 2006, qui a débouché sur un projet d'assainissement approuvé en 2009 par l'OVAM, l'agence flamande responsable de la politique des déchets et de l'assainissement des sols. Une mise à jour de cette étude a suivi en 2019 et est toujours en cours. Elle "tient compte des connaissances scientifiques actuelles sur les PFAS", indique la société américaine. "Cette étude prend également en compte l'environnement extérieur au site 3M. Si les résultats de cette étude descriptive de la pollution du sol nécessitent des mesures correctives supplémentaires, l'OVAM déterminera les prochaines étapes", assure-t-elle.

3M rappelle également qu'elle a toujours travaillé en étroite collaboration avec les autorités locales et régionales, l'OVAM et les ONG locales. "Ces dernières semaines, nous nous sommes également entretenus avec ces parties et nous poursuivrons ces discussions", communique encore l'entreprise. Des discussions initiales auraient en outre déjà eu lieu avec le chargé de mission nommé par le gouvernement flamand, Karl Vrancken.

Des études montrent qu'aucun effet négatif sur la santé n'a été observé chez les travailleurs de 3M - y compris ceux de Zwijndrecht - qui sont généralement plus exposés à des matériaux tels que les PFOS, souligne enfin la société, dont certains responsables seront entendus mardi par  la commission Environnement du parlement flamand.

Sujet JT du 15/06/2021

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK