Politique et citoyens: le grand fossé

Des citoyens, des jeunes qui ont envie de s'investir en politique : il y en a, preuve que la politique est encore au centre de préoccupations des Belges. Plusieurs d'entre eux étaient invités sur le plateau d'A Votre Avis ce dimanche, autour de deux politiques.

Les expériences de ceux qui ont voulu se lancer en politique, au sein ou en dehors des partis politiques traditionnels, sont tout en contraste : il y a des militants extraordinaires, explique Walter Feltrin, patron de société et citoyen qui a tenté l'expérience, mais le mécanisme du pouvoir n'est pas exempt de défauts, dit-il aussi... Les places utiles sur les listes sont chères, par exemple. Et puis : "La langue de bois, les mensonges, c'est monnaie courante".

Le député wallon MR Olivier Maroy, venu du journalisme politique à la politique, passé du statut d'"observateur" à celui d'"acteur", juge qu'il faut supprimer l'effet dévolutif de la case de tête, qui avantage ceux qui sont bien placés.

Chez Ecolo, Isabelle Durant met en garde contre les candidats "stars", d'attrape-voix, et précise que le président de parti chez Ecolo n'a pas le pouvoir de distribuer les bonnes places, c'est l'assemblée des militants qui décide.

Pour "réoxygéner", "réenchanter" la politique, Olivier Maroy, conseille la participation des citoyens, et une lecture, l'ouvrage de David Van Reybrouck "Contre les élections", qui n'est pas "contre", précise Isabelle Durant, mais propose d'organiser différemment la représentation politique.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK