Polémique en Flandre: sous certificat prolongé, la députée El Kaouakibi touchera encore 100 % de son salaire

La députée flamande Sihame El Kaouakibi fait de nouveau polémique en Flandre. Absente du Parlement flamand depuis la mi-octobre 2020, cette ex-entrepreneuse qui était au cœur d’un scandale a reçu un nouveau certificat médical valable jusqu’à la fin novembre. D’ici-là, elle continuera à percevoir son salaire de députée d’environ 6000 euros.

"Une honte !", "Envoyez un médecin de contrôle !"… Les messages de frustration à l’encontre de Sihame El Kaouakibi se multiplient sur les réseaux sociaux. Pourquoi ?

Statut privilégié

La députée flamande indépendante est absente du Parlement flamand depuis la mi-octobre 2020. La raison ? Après son départ de l’Open VLD, elle traverserait une période très difficile sur le plan psychologique en raison de l’enquête judiciaire qui la vise ainsi que ses asbl, comme le projet de danse Let’s Go Urban. L’ex-entrepreneuse est entre autres soupçonnée de malversations financières.


►►► À lire aussi : Flandre : pourquoi la députée Sihame El Kaouakibi (Open Vld) est-elle au cœur d’une tempête médiatique ?


Selon le professeur en sciences politiques à la VUB, Dave Sinardet, le statut privilégié des parlementaires explique en partie cette frustration des citoyens : "Les députés ont beaucoup de privilèges que les employés n’ont pas : ils peuvent prendre leur pension après une carrière plus courte que le minimum légal pour les travailleurs. Ils reçoivent aussi des primes de départ."

Mais ce n’est pas tout : la lenteur des prises de décision fait aussi grincer des dents. Fin avril, le Bureau élargi du Parlement flamand a demandé au bureau d’avocats Monard Law de contrôler si, oui ou non, il pouvait envoyer un médecin de contrôle. Une première dans l’histoire du Parlement flamand. Et, pour l’instant, toujours pas de réponse, mais le rapport du bureau devrait être publié d’ici la fin ce mois.

"Ces deux facteurs mis en ensemble constituent un cocktail explosif", commente le politologue également actif à l’Université de Saint-Louis.

Parlement flamand impuissant

En attendant l’avis du bureau d’avocats, la présidente du Parlement flamand, Liesbeth Homans (N-VA) n’a pas beaucoup de marge de manœuvre : elle ne peut que prendre acte des certificats médicaux de Sihame El Kaouakibi, où il est indiqué que le patient a l’autorisation de quitter la maison. Elle est officiellement reconnue comme malade et donc une absence légale, ce qui veut dire qu’elle conserve son salaire complet.

À titre de comparaison, quand un employé est sous certificat depuis plus d’un mois, c’est la mutuelle qui prend le relais et octroie 60% du salaire. "Le Parlement flamand n’est pas l’employeur des députés : ils sont élus. Leurs patrons, ce sont les électeurs. Le Parlement ne peut pas simplement s’opposer au mandat de Sihame El Kaouakibi, à moins qu’ils ne changent les statuts…", explique Dave Sinardet.

Lentes avancées

Le professeur anversois suit les débats sur les statuts des parlementaires depuis des décennies et regrette la lenteur des progrès : "Même si on constate certaines avancées sur les pensions des parlementaires flamands, ce sont les députés eux-mêmes qui déterminent leur statut. Ils doivent donc eux-mêmes décider de supprimer leurs privilèges."

Pour Dave Sinardet, cette affaire pourrait constituer une opportunité pour élargir les discussions : "Relançons le débat sur le rôle des députés et du parlement. On pourrait aborder la réduction du nombre de parlementaires, les décumuls et beaucoup d’autres débats pertinents pour améliorer la démocratie."

Ironie du sort

Lors de son arrivée au Parlement flamand, Sihame El Kaouakibi a fait don de deux mois de salaire au G1000 l’été 2019. "Jusqu’à présent, je ne me suis jamais sentie coupable par rapport à mes revenus. Mais maintenant, ce débat sur les salaires m’interpelle", se justifiait-elle à l’époque. Elle avait le sentiment de n’avoir rien fait en échange de cette somme, le Parlement flamand n’étant pas encore entré en fonction. Elle avait également promis une discussion sur les "indemnités faramineuses des députés du Parlement".

Mais les temps ont changé : Sihame El Kaouakibi n’a plus aucun revenu à part son indemnité parlementaire. Toutes ses initiatives commerciales ont fait faillite, même Let’s Go Urban n’existe plus. Elle s’est entourée d’une batterie d’avocats dont Johan Vande Lanotte, et les procédures s’éternisent, ce qui fait monter les factures. En somme, il est donc peu probable que Sihame El Kaouakibi démissionne volontairement de son poste de députée flamande.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK