Polémique en Flandre après des propos de Liesbeth Homans et Zuhal Demir sur Unia

Zuhal Demir et Liesbeth Homans, toutes les deux membres de la N-VA, ont critiqué l'utilité d'Unia.
Zuhal Demir et Liesbeth Homans, toutes les deux membres de la N-VA, ont critiqué l'utilité d'Unia. - © Belga

Après Zuhal Demir (N-VA) samedi, c'est au tour de Liesbeth Homans (N-VA) de s'en prendre à Unia, l'ancien centre fédéral pour l'égalité des chances. La ministre régionale pour l'Egalité des chances et l'intégration a affirmé dimanche dans les colonnes du journal De Zondag que l'institution Unia n'était pas "neutre, ni objective". Elle a ajouté qu'Unia ne défendait que les personnes "allochtones".

"Si une femme blonde avec des yeux bleus introduit une plainte pour avoir été traitée de prostituée nazie, les chances qu'elle soit entendue sont nulles. Alors que si une femme voilée dépose une plainte parce qu'elle est insultée, elle a 100% de chances d'être entendue", selon Mme Homans.

Les déclarations de Liesbeth Homans concernant Unia sont "blessantes", estime dimanche le parlementaire flamand Bart Somers (Open Vld), qui ajoute toutefois que l'ancien centre fédéral pour l'égalité des chances fait aussi "des erreurs en étant trop polarisant".

C'est du Homans vintage

"C'est du Homans vintage", a réagi Bart Somers. "Elle polarise plutôt que de chercher de façon constructive des moyens de garantir l'égalité des chances pour tous. En tant que ministre de l'intégration, ça ne se fait pas", ajoute-t-il.

Unia doit toutefois aussi se remettre en question, selon le libéral flamand. "Ils minent la légitimité de leur propre institution", juge-t-il en faisant notamment référence à la réaction du centre à l'encontre de l'élu bruxellois Alain Courtois. Ce dernier avait déclaré avoir refusé de célébrer des mariages après que la future épouse n'eut pas voulu lui serrer la main. Unia avait estimé qu'il s'agissait d'ethnocentrisme dans le chef du mandataire. "Ils n'ont pas approché cette question en prenant en compte l'égalité homme-femme", pointe notamment M. Somers.

CD&V et Groen réagissent

"Le mécontentement de la N-VA par rapport à Unia existe déjà depuis longtemps. Sur le fond, le parti a une perception différente de la société et des organisations critiques", estime pour sa part le député flamand CD&V Ward Kennes. Du côté de Groen, les sorties de la N-VA sont jugées "inappropriées".

"Nous estimons qu'il est bon que des institutions existent à côté du monde politique et fournissent un contrepoids sur les questions qui font l'actualité", a commenté Ward Kennes. "Mais, j'ai l'impression que cela ne fait pas partie de la tradition à la N-VA. S'il y a une majorité, ils estiment que tout le monde doit marcher dans la même direction", a-t-il ajouté.

Le député flamand pense que la "N-VA veut parfois plaire à un groupe électoral qui n'apprécie pas le discours anti-discrimination" et donc donner l'impression que la situation pourrait être meilleurs sans Unia.

Les écologistes flamands de Groen estiment quant à eux que les attaques de la N-VA à l'encontre d'Unia sont inappropriées. "La N-VA excelle dans l'hypocrisie cette semaine. Au cours des dernières années, ils n'ont pas fait une priorité de la lutte contre la discrimination", même si le parti est en charge de la matière au Fédéral comme en Flandre, soulignent le député flamand Imade Annouri et la parlementaire fédérale Evita Willart. Ceux-ci estiment par contre que les nationalistes sont systématiquement en première ligne lorsqu'il s'agit de tirer sur une institution qui vise à combattre la discrimination dans la société.

La N-VA copie les recettes du Vlaams Belang

 "Je trouve qu'il s'agit clairement d'une campagne de dénigrement. Le seul parti qui recourait systématiquement à cela était le Vlaams Belang. Maintenant, la N-VA copie leurs recettes", a estimé la parlementaire flamande Yasmine Kherbache (sp.a).

Yasmine Kherbache parle d'une attaque hystérique sur Unia, qui repose de surcroît sur des informations erronées. "Zuhal Demir affirme notamment que Unia se focalise trop sur les discussions sur le Père Fouettard, mais elle confond l'institution avec le forum des minorités (Minderhedenforum)", indique la socialiste flamande. Cette dernière ajoute que ce n'est pas la première fois que le parti agit de la sorte et estime que la direction qu'il veut prendre est désormais claire. 

Mme Homans semble aveugle quant aux différents effets d'Unia

Plus tôt dans la journée de dimanche, Unia avait répondu à Liesbeth Homans par l'intermédiaire de sa directrice Els Keytsman. L'institution affirme pouvoir vivre avec des critiques, mais de "préférence sur base de faits". "Mme Homans semble aveugle quant aux différents effets d'Unia", estime Els Keytsman dans un communiqué. Elle précise que le centre est disponible et agit pour tous les citoyens, et affirme regretter que la ministre Homans et la secrétaire d'Etat Zuhal Demir, ne "le remarquent pas".

Elle se déclaré aussi "étonnée" que de "fausses informations" soient relayées par Mme Homans dans son interview. "Ce qu'elle affirme concernant une rétention volontaire d'information est incorrect", souligne Mme Keytsman, qui invite Mme Homans et Demir pour une rencontre.

"Mme Keytsman ne comprend clairement toujours pas. Elle ne doit pas nous inviter, mais venir s'expliquer auprès de nous", a twitté la ministre Homans.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK