Point de rupture de la N-VA sur l’avortement : pour Georges-Louis Bouchez "il faut garder la tête froide"

Le président du MR a réagi aux déclarations de Bart De Wever qui fait du vote d’une nouvelle loi sur l’avortement une exclusive dans les négociations avec son parti en vue des négociations en cours pour la formation d’une coalition fédérale. Tout comme le CD&V, la N-VA de Bart De Wever estime que la loi avortement constitue un point de rupture dans le processus de formation d’un gouvernement fédéral.

Les deux partis sont opposés à la proposition des libéraux, socialistes, des verts et du PTB d’assouplir la loi. Georges-Louis Bouchez, a tenu un discours qui se voulait rassurant au micro de la RTBF ce dimanche et invite à "garder la tête froide".

"Je peux vous dire que si des partis donnent le feu vert à une loi que je trouve scandaleuse, ce sera compliqué de faire comme si de rien n’était avec eux le lendemain", avait déclaré Bart de Wever, ce samedi au micro de la VRT.

Ce sera un gouvernement nul en Flandre, avez zéro soutien

"C’est en fait impossible, cela ne fonctionnera pas", a ajouté le président du parti nationaliste flamand. "Si ces partis s’aiment tellement qu’ils peuvent former un gouvernement sur cette base avec les socialistes, les communistes et les verts alors ils devraient le faire. Ce sera un gouvernement nul en Flandre, avez zéro soutien", a insisté Bart De Wever.

De ce fait, le président de la N-VA met la pression sur les libéraux francophones qui soutiennent la proposition de loi et qui mène en parallèle des négociations avec le parti de Bart De Wever pour former un gouvernement fédéral.

Bouchez relativise les propos de De Wever

Pour le président du MR, il s’agit de garder "la tête froide" pour continuer à avancer dans les négociations : "Je pense que cela fait un an et demi de toute façon qu’il y en a toujours l’un ou l’autre qui a une déclaration un peu forte. Je pense qu’il faut garder la tête froide, continuer à avancer. Il y a une bonne dynamique qui se met en place dans le cadre de la formation d’un nouveau gouvernement. Il est temps, vous allez me dire, et donc il ne faut pas se laisser trop impressionner par de telles phrases".

Concernant la proposition de loi qui vise notamment à élargir la période pendant laquelle les femmes peuvent décider de pratiquer une IVG ou non, il explique qu’il y a, par ailleurs, "un processus parlementaire (qui) suit son cours" et que "si tout le monde est de bonne volonté, il y aura un chemin".

Georges-Louis Bouchez a également rappelé la position de son mouvement concernant les questions éthiques, à savoir la liberté pour chaque parlementaire du mouvement de voter, ou non, pour ce projet de loi.

Sauf surprise, le vote sur cette proposition de loi sur l’avortement devrait intervenir dans le courant de la semaine prochaine à la Chambre. Cela se fera sans doute dans un climat tendu entre les partis, qui négocient en parallèle la formation d’un nouveau gouvernement fédéral.

Sujet du Journal Télévise de 13h de ce dimanche 12/07/2020

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK