Plusieurs milliers de personnes manifestent à l'appel de GAIA

Selon la police locale, il y avait quelque 7500 manifestants. Il n'y a pas eu d'incident. Le cortège est parti de la Gare du Nord vers 13h00 et est arrivé vers 16h00 sur la place Poelaert.

"La loi belge et européenne qui encadre les pratiques d'abattage des animaux exige, à des fins de protection animale, que les animaux soient rendus inconscients avant d'être saignés. Le législateur a toutefois introduit une exception pour les abattages exécutés selon le rite religieux juif ou musulman", a indiqué Ann De Greef, directrice de GAIA. "Des centaines d'animaux sont abattus quotidiennement sans étourdissement préalable dans les abattoirs de Belgique. Nous demandons aux politiciens de changer la loi qui autorise aujourd'hui des exceptions les abattages religieux", a-t-elle ajouté.

Selon Ann De Greef, les études scientifiques indiquent que, lors de l'abattage sans étourdissement, la souffrance de chaque animal est décuplée, ce qui "est absolument inacceptable en 2014. L'égorgement des animaux sans étourdissement les expose à des souffrances sévères et prolongées, pouvant dans certains cas durer jusqu'à 14 minutes. Ces faits contreviennent à l'obligation légale d'éviter toute douleur ou souffrance évitable au moment de la mise à mort", a-t-elle encore dit.

En marge de la manifestation, l'Union Professionnelle Vétérinaire, a estimé, dans un communiqué, que "du point de vue du bien-être animal et eu égard au statut de l'animal comme être sensible, la pratique de l'abattage sans étourdissement préalable est inacceptable en toutes circonstances" notamment parce qu'il retarde la perte de conscience, parfois de plusieurs minutes.

Pour elle, aussi longtemps que l'abattage sans étourdissement est autorisé pour des motifs religieux, "tout produit issu de cette filière doit être clairement étiqueté" pour permettre au consommateur un choix éclairé.

Belga

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK