Plus de la moitié des Belges estiment qu'il faut une loi climat contraignante

Plus de la moitié des Belges estiment qu’il faut une loi climat contraignante
Plus de la moitié des Belges estiment qu’il faut une loi climat contraignante - © AFP

Plus de la moitié des Belges estiment que la Belgique doit se doter d'une loi climat contraignante, voilà ce qui ressort d’un sondage réalisé à la demande de l’initiative citoyenne Sign for my Future.

La problématique climatique s’est invitée dans la campagne électorale depuis début décembre dernier. La mobilisation pour le climat est venue de la jeunesse et des académiques ont ensuite pris le relais pour traduire cela en volonté politique et textes législatifs « prêts à voter ». La Loi Climat poursuit son « petit bonhomme » de chemin à la Chambre. En tout cas elle essaie après l’avis plutôt critique du Conseil d’Etat, reçu jeudi 7 mars par les parlementaires sur la proposition de loi sur la table.

Voici un sondage qui devrait renforcer les différents intervenants à trouver une solution au plus vite.

Dans les résultats de ce sondage auprès de 2004 personnes, le problème climatique aura une incidence sur le comportement électoral de 45% des Belges, et 73% des Belges veulent savoir ce que coûteront les solutions climatiques.

Soutien à une loi climat

Plus de la moitié des Belges (Belgique : 53% – Flandres : 51%, Wallonie : 52%, Bruxelles 63%) estiment que la Belgique devrait soumettre et approuver une loi contraignante sur le climat. Seulement 14% sont en désaccord.

Six Belges sur dix estiment que les responsables politiques ne font pas assez pour lutter contre le réchauffement climatique et sept sur dix estiment que les responsables politiques devraient être conseillés et contrôlés par des scientifiques afin de surveiller les effets de ces mesures.

Un plan d’investissement clair et un calcul des coûts et des revenus

73% pensent que les responsables politiques devraient indiquer le coût des solutions climatiques et 64% demandent un plan d’investissement à grande échelle permettant aux citoyens et aux entreprises de mettre en œuvre des solutions climatiques efficaces.

Le problème climatique pèsera sur le comportement électoral des Belges

Seulement 10% des Belges n’est pas d’accord que le climat est un problème urgent qu’il faut résoudre maintenant. La population est sur la même longueur d’onde : il n’y a pas de grandes différences entre le niveau d’éducation, la région ou l’âge.

45% des Belges laisseront leur comportement de vote être déterminé par le problème climatique. Pour 10% des Belges, le problème climatique détermine complètement le comportement de vote ; pour 35%, le problème climatique aura certainement une influence.

Lorsqu’on leur demande pour quel type de parti ils voteront, la majorité (59%) envisage un parti qui voit dans les mesures climatiques des opportunités pour garantir notre prospérité et notre bien-être dans le futur.

53% disent voter pour un parti qui mise sur des solutions technologiques.

Politique climatique efficace : pas seulement à travers la politique

68% estiment qu’il devrait exister une large coopération entre citoyens, personnes issues du monde des entreprises et des organisations de la société civile au cours des 5 à 10 prochaines années, et qu’ils devraient déterminer la politique climatique. 67% estiment qu’il faudrait mettre en place un organe de contrôle indépendant chargé de vérifier l’efficacité des mesures et d’adapter la politique le cas échéant. 63% pensent que les solutions devraient venir du monde universitaire et que des experts devraient déterminer la politique.

Sign for my Future demande que la politique se prononce clairement

Le Belge a toujours bon espoir : 60% des personnes interrogées pensent qu’il n’est pas encore trop tard, mais estiment qu’il faut agir, car cela ne se résoudra pas tout seul (76%).

« Sign for my Future exige une loi sur le climat, un plan d’investissement et un conseil climat indépendant. Ces chiffres renforcent notre mission. Il est grand temps que les partis politiques parlent clairement : quels objectifs climatiques proposez-vous pour 2050, êtes-vous prêts à les ancrer légalement et comment voulez-vous le faire ? La population est demandeuse », ont déclaré les initiateurs.

Le sondage s’est déroulé du vendredi 8 mars au mercredi 13 mars 2019 et a été mené par le professeur Gino Verleye, Burat, Dynata, à la demande de Sign for my Future, la coalition réclamant une politique climatique plus forte en Belgique.

Archives: Journal télévisé 01/02/2019

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK