Plus de clarté sur les coûts des producteurs de médicaments

"Les fonctionnaires du SPF Economie pourront dès le 1er octobre se pencher sur les livres de comptes et registres", affirme Kris Peeters.
"Les fonctionnaires du SPF Economie pourront dès le 1er octobre se pencher sur les livres de comptes et registres", affirme Kris Peeters. - © NICOLAS MAETERLINCK - BELGA

Le ministre de l'Economie Kris Peeters (CD&V) promet une surveillance renforcée du prix des médicaments. Il ne veut plus que les producteurs puissent continuer à rester vagues au sujet de leurs coûts réels. L'administration reçoit désormais le droit de consulter la comptabilité des producteurs. La mesure est prise alors que des médicaments issus de l'étranger sont vendus plus chers en Belgique, rapporte vendredi Het Nieuwsblad vrijdag.

"Les producteurs doivent soumettre une demande de prix pour chaque médicament, mais dans la pratique ces demandes contiennent souvent des informations insuffisantes sur les coûts réels. Les fonctionnaires du SPF Economie pourront dès le 1er octobre se pencher sur les livres de comptes et registres", affirme Kris Peeters.

Le coût du système atteindra 2,1 milliards d'euros pour les années 2015 à 2018

Dans un article paru dans son dernier numéro, le magazine d'investigation Médor avait mis en lumière le système appelé "convention article 81", qui permet depuis 2010 à l'Etat de rembourser des médicaments généralement très onéreux dont l'efficacité thérapeutique ou le rapport coût-bénéfice sont encore incertains. Les prix de ces médicaments sont négociés entre les firmes pharmaceutiques et le gouvernement, puis fixés dans des conventions ultra confidentielles. Selon le magazine, le coût du système explose et atteindra 2,1 milliards d'euros pour les années 2015 à 2018.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

Recevoir