Plus de 65 ans en Wallonie, plus de 75 ans à Bruxelles, plus de 85 ans en Flandre : la vaccination des aînés en ordre dispersé selon les Régions

Les ministres de la Santé ont pris mercredi une série de décisions pour enclencher la phase 1B de la campagne de vaccination contre le Covid-19. Il s’agit de la vaccination des personnes de plus de 65 ans.

L’organisation de la vaccination est du ressort des régions. Si l’objectif des trois régions, Wallonie, Bruxelles et Flandre est le même : vacciner les plus âgés le plus rapidement possible, la mise en œuvre est un peu différente d’une région à l’autre.

L’avis du Conseil supérieur de la Santé, qui autorise l’injection du vaccin d’AstraZeneca chez les plus de 55 ans permet aux autorités d’envisager une accélération de la campagne de vaccination et d’entamer, en commençant par les plus âgés, la vaccination du grand public.

En Région Wallonne : cette semaine, convocation par e-mail des +65 ans pour parer au plus pressé

En Wallonie, on a fait le choix d’envoyer, dès cette semaine, des convocations par e-mail aux plus de 65 ans pour lesquels une adresse e-mail est connue. "C’est une opération one shot pour maximiser les capacités de vaccination des centres et utiliser les doses dont on dispose", explique Stéphanie Wilmet, porte-parole de la ministre wallonne de la Santé, Christie Morreale.

Des e-mails ont déjà été envoyés mercredi soir et d’autres partiront d’ici la fin de la semaine. Ces convocations sont envoyées en fonction de l’âge des personnes, de la plus âgée en descendant jusqu’à 65 ans. "Cette opération, c’est pour pouvoir remplir au plus vite les centres de vaccination, déjà tout début de la semaine prochaine", poursuit Stéphanie Wilmet.

Administrer au plus vite les doses de vaccin à disposition est l’objectif que la Région wallonne cherche à atteindre en ciblant, dès cette semaine les personnes de plus de 65 ans qu’il sera possible de joindre par e-mail.

A partir de la semaine prochaine, la Wallonie convoquera l’ensemble des plus de 65 ans, par courrier postal, en commençant par les plus âgés, s’ils n’ont pas encore été vaccinés en maisons de repos.

Les autorités wallonnes s’attendent à une accélération de la campagne de vaccination à la mi-mars, lorsque tous les centres de vaccination destinés au grand public auront été ouverts et que la plupart des convocations auront été envoyées.

A Bruxelles, d’abord la vaccination des personnes âgées de plus de 75 ans

A Bruxelles, on se prépare aussi à accélérer la vaccination du grand public, en commençant par les plus âgés. Actuellement, deux centres de vaccination sont opérationnels, au Heysel et au Boulevard Pacheco. A terme, ce sont 10 centres qui seront ouverts.

La Région Bruxelles-Capitale est prête à envoyer les invitations à se faire vacciner. Ici, ce sont les personnes de plus de 75 ans qui seront les premières à être conviées dans les centres de vaccination.

A la différence de la Wallonie et de la Flandre, Bruxelles ne souhaite pas convoquer les aînés par tranche d’âge. Pas question de convier d’abord les centenaires, puis les nonagénaires et ainsi de suite jusqu’à 75 ans.

Non, Bruxelles préfère mélanger les "plus jeunes" parmi les +75 ans et les plus âgés, vraisemblablement pour avoir plus de souplesse dans la gestion des centres de vaccination et avoir un mix entre les personnes plus "mobiles" et les moins alertes. Les premières invitations devraient être envoyées cette semaine.

La Flandre commencera par les plus de 85 ans

La Flandre, elle, qui a déjà commencé à envoyer des convocations, va d’abord inviter les plus de 85 ans à se faire vacciner. Les personnes dont l’âge est compris entre 65 et 85 ans seront conviées à partir du 15 mars, comme prévu jusqu’à présent par la stratégie de vaccination belge.

Les autorités flamandes ont choisi de donner une priorité au + de 85 ans parce qu’ils sont les plus fragiles. L’effet de la vaccination dans les maisons de repos en Flandre a été très positif. On a observé, notamment, une baisse des hospitalisations. Au cabinet du ministre flamand de la Santé, Wouter Beke, on rappelle que l’âge est le critère le plus important par rapport aux possibilités de développer des formes sévères de la maladie. Une fois les + de 85 ans vaccinés et surtout à partir du 15 mars, les autorités flamandes descendront dans les tranches d’âges jusqu’à vacciner les personnes de 65 ans.

Le choix de la Flandre peut s’expliquer aussi par la réalité de la démographie flamande. La proportion de personnes de plus 80 ans est en effet plus importante au nord du pays que partout ailleurs. En Flandre, plus de 6% de la population a plus de 80 ans, contre environ 5% en Wallonie et à peine 4% à Bruxelles.

La part des plus de 65 ans est encore plus importante en Flandre qu’au sud du pays. Environ 21% Flamands ont plus de 65 ans contre environ 19% en Wallonie et 13% à Bruxelles.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK