Plus de 200 passagers dorment dans un Thalys Paris-Bruxelles après un demi-tour à mi-chemin

Plusieurs centaines de passagers bloqués.
2 images
Plusieurs centaines de passagers bloqués. - © D. R.

Mésaventure pour plusieurs centaines de passagers des Thalys Paris-Bruxelles, dans la nuit de vendredi à samedi. Deux trains, partis de la gare du Nord dans la capitale française ont dû rebrousser chemin à mi-parcours en raison de travaux sur la ligne à grande vitesse, en territoire belge. Faute de capacité suffisante dans les hôtels, Thalys a proposé aux passagers de dormir dans une rame. Près de 1000 voyageurs ont été impactés par ces incidents.

En cause: des travaux en territoire belge

Pierre, un passager raconte à la RTBF: "Mon train devait partir à 20h25 vendredi. Mais en raison des orages et des intempéries, celui-ci a démarré avec du retard. En route, alors que nous étions en pleine campagne, celui-ci s’est carrément arrêté. La cause: des travaux en territoire belge." Impossible de poursuivre la route: le conducteur du train prend alors la décision de revenir sur Paris. Il est déjà minuit passé.

"De retour à Paris, c’était la cacophonie tant sur les quais qu’au desk d’accueil Thalys. Plusieurs trains vers Bruxelles étaient concernés par ce retour vers Paris", poursuit notre témoin. "Nous recevions peu ou pas d’infos des préposés Thalys présents en gare."

Selon le passager, après une heure, Thalys propose une solution: une nuit à l’hôtel pour les passagers dits faibles (enfants et leurs parents, personnes âgées, malades). "Pour les passagers originaires de Paris et des environs, Thalys prenait également en charge les frais de taxi vers leur domicile", explique la société ferroviaire, contactée par la RTBF. Quid des autres personnes concernées? En raison d'un overbooking des établissements hôteliers, Thalys doit aménager deux rames d'hébergement en gare de Paris Nord. C'est là que 200 à 250 passagers passeront la nuit.

Nourriture, eau, kits de sommeil

"Nous avons prévu de l'eau, de la nourriture, des kits de sommeil et des couvertures", précise Thalys.

Ce samedi matin, à 6 h 15, les personnes ayant dormi dans le train ont pu repartir sur Bruxelles avec une arrivée en gare du Midi à 8 h 50. Pour Pierre, qui n'a pas pu trouvé le sommeil avant 2 h du matin dans sa rame d’hébergement, s'étonne de la gestion du problème par Thalys. "Ce que je ne comprend pas, c'est la manque d'infos entre services ferroviaires", confie le passager. "Comment se fait-il que ce n'est qu'en route que le conducteur découvre qu'il y a des travaux? Par ailleurs, au lieu de nous faire dormir dans un train, pourquoi Thalys n'a pas affrété des bus pour pouvoir nous ramener à Bruxelles. Nous avions plus de 11 heures de battement, ce qui nous laissait largement le temps de faire la route."

Thalys précise que trois trains vers Bruxelles ont été concernés par les annulations: le Thalys de 20 h 25, celui de  21 h 55 et le Izy de 20 h 22. "Le Thalys de 20 h 25 et le Izy de 20 h 22 avaient déjà pris la route. Vu le contexte et les perturbations de deux premiers trains, le Thalys de 21 h 55 est lui toujours resté à quai, à Paris."

Les passagers seront dédommagés

Concernant les travaux, Thalys ajoute qu'en Belgique, "les lignes ferment après minuit pour permettre aux ouvriers de travailler sur la ligne à grande vitesse dans le cadre d'opérations de rénovation. Etant donné que les trains concernés sont partis avec du retard, il était déjà minuit passé quand ils ont été confrontés à des chantiers qui avaient déjà commencé."

Thalys conclut: "La politique de dédommagement et de compensation est la suivante: 200% en bons/vouchers et 100% en cash pour les passagers Thalys. Pour les passagers Izy, c'est 100% en cash ou vouchers."

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK