La conférence de Theo Francken à Verviers n'a finalement pas eu lieu ce mardi soir

Entre cent et deux cents personnes se sont rassemblées mardi en fin d’après-midi devant l’hôtel Verviers pour protester contre la venue de l’ancien secrétaire d’Etat à l’Asile et la Migration, Theo Francken. Ce dernier était attendu dans la cité verviétoise pour présenter son livre « Continent sans frontière ».

Mobilisées en nombre et munie d'équipements anti-émeutes, les forces de l'ordre sont intervenues à quelques reprises pour éviter que la situation ne dégénère. Du mobilier de la terrasse de l'hôtel a été lancé à l'arrivée de sympathisants de l'ex-secrétaire d'État à l'Asile et la Migration et les forces de l'ordre ont notamment fait usage de gaz lacrymogène pour éviter les échauffourées.

En début de soirée, Theo Francken a finalement annoncé qu’il ne venait pas sur place via Twitter.  "La police ne peut pas garantir ma sécurité", a-t-il indiqué, mettant en cause des actes de vandalisme commis par des militants "d'extrême-gauche" ainsi que la présence de la bourgmestre Muriel Targnion (PS) parmi les manifestants. "Hallucinante pensée unique. Démocratie?", a ajouté Theo Francken.

Et Theo Francken a aussi tweeté une photo des dégâts causés à son véhicule, accompagnée de la légende : "Avec les salutations du PS et de sa bourgmestre-agitatrice Muriel Targnion. 

A leur sortie, les sympathisants de Theo Francken, qui devaient assister à la conférence, ont été escortés par les forces de l'ordre pour éviter qu'ils ne soient la cible de la trentaine de manifestants restés sur place.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK