Plus d'un jeune conducteur wallon et bruxellois sur six conduit sous l'influence de drogues

L’Enquête Nationale d’INsécurité routière en est à sa 7e édition. Au cours de l'année écoulée, l’institut Vias a interrogé un échantillon représentatif de la population belge, et les résultats qui en ressortent sont interpellants. 

Ainsi en 2018, 12% des conducteurs belges de moins de 35 ans avouent conduire au moins une fois par mois sous l’influence de drogues. Un comportement à risque encore plus marqué en Wallonie et à Bruxelles, 17% des jeunes wallons et 20% des jeunes bruxellois roulent régulièrement sous l'emprise de stupéfiants. Une tendance accentuée chez les garçons. En Wallonie c'est un jeune homme sur quatre, parmi les conducteurs âgés de 18 à 34 ans, qui admet prendre régulièrement le volant en étant sous l'emprise de la drogue.

Autre constat inquiétant de cette enquête, le GSM est encore et toujours utilisé au volant.

1 conducteur sur 10 continue de rouler le téléphone en main, et 6% des Belges poussent le vice jusqu’à prendre des photos avec leur GSM tout en conduisant.

Une popularité grandissante des transports en commun 

L'automobile reste le moyen de transport le plus prisé: près de 8 Belges sur 10 ont conduit une voiture en 2018.

En parallèle, les transports en commun séduisent de plus en plus, près d’un belge sur deux, 48%, a emprunté bus, tram ou train l’année dernière, ils n’étaient que 41% en 2017.

Et c’est à Bruxelles que les transports publics sont les plus populaires, plus de 7 bruxellois sur 10 les empruntent (72%), c’est précisément deux fois plus qu’en Wallonie (36%).

La Flandre, terre de vélo

Environ la moitié des Belges (47%) s’est déplacée à vélo cette année. Mais en fonction des régions, la bicyclette compte plus ou moins d’adeptes. Ils sont plus de 6 flamands sur 10 (63%) a roulé à vélo, quand, à Bruxelles, moins de 3 habitants sur 10 (28%) se déplacent sur deux roues. En bas de tableau, la Wallonie, seul un Wallon sur 4 (25%) est monté en selle en 2018.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK